Le sapin de Noël symbolise la joie et égaye la maison en cette période festive. Ses effluves si particuliers, provenant de sa résine, sont indubitablement associés au parfum de Noël. C’est également à ses pieds que le matin de Noël, les enfants retrouveront dans la joie leurs cadeaux. Scope s’est rendu dans l’habitat naturel du sapin pour découvrir comment il est planté et entretenu avant de débarquer dans nos demeures pour créer la magie de Noël. Direction : La Nicolière.

Ça sent la Noël à plein nez à Eau Bouillie, endroit situé non loin du réservoir La Nicolière. Sur quelques kilomètres, des sapins juvéniles d’un à deux mètres de haut sont dressés fièrement en bordure de route. Le climat humide, le sol fertile et l’absence de développement leur confèrent un espace paisible où grandir. Le doux parfum qui s’en dégage est dû à leur résine. Mises en terre il y a quatre ans, ces plantes ont atteint l’âge et la bonne taille pour devenir des sapins de Noël. À quelques endroits, des petites plantes ont poussé à travers la propagation naturelle. En arrière-plan, de plus grands arbres attirent la pluie pour alimenter le réservoir et les nappes souterraines.

Travail continu.

Si plusieurs espèces de plantes peuvent être utilisées comme sapins, l’arbre à pin demeure le plus prisé. Un millier est vendu chaque année par le Service des Bois et Forêts. Sur le marché, on peut également trouver des sapins venus du privé. Selon le Service des Bois et Forêts, les arbres à pin utilisés en guise de sapin chez nous sont issus de l’espèce Pinus elliottii, également appelée pin à aiguilles longues. Membre de la famille des Pinaceae, cette espèce est originaire du sud-est des États-Unis. Elle apprécie particulièrement les climats humides, raison pour laquelle on la trouve surtout dans les hauteurs à Maurice.

La production de sapins mis sur le marché pour Noël nécessite un travail continu. Les plantes mises en terre cette année ne seront prêtes que dans quatre ou cinq ans. Pour produire de nouvelles plantes, les officiers des Bois et Forêts cueillent les fruits de la plante (les pommes de pin) lorsque ceux-ci prennent une couleur marron. Les pommes de pin sont laissées à sécher au soleil afin qu’elles s’ouvrent et que leurs graines deviennent accessibles. Des employés sont alors chargés de les tapoter pour en enlever les graines. Des semences sont créées à partir de celles-ci et sont placées dans des pots en plastique. Cette procédure a généralement lieu en hiver.

Très peu d’entretien.

Les semences transformées en plantules, les voilà prêtes à être mises en terre. Elles le sont avant que leurs petites racines commencent à sortir du pot. Sinon, celles-ci se briseraient et la survie de la plante serait compromise. Ces petites racines sont essentielles à la plante pour qu’elle puisse se nourrir. Les grosses racines servent à ancrer la plante dans le sol. Dans quatre ou cinq ans, ces arbres à pin auront atteint un à deux mètres de haut et seront prêts à prendre place dans une demeure pour créer la magie de Noël.

Aussitôt coupés, les sapins seront remplacés par d’autres juvéniles. Avant cela, le terrain sera déboisé pour permettre aux nouvelles plantes de respirer et de pousser en toute liberté. La mise en terre est effectuée en période de grosses pluies, de janvier à mars. La plante ne nécessite que très peu d’entretien. Un peu d’engrais pour aider la plante à grandir, et c’est tout. La plante poussera seule.

Pour ceux qui n’aiment pas l’arbre à pin, l’araucaria ou le cyprès peuvent être des alternatives. Les branches étalées en étage de l’araucaria plaisent à de nombreux Mauriciens. Quand au cyprès, les fleurs blanches ressemblant à la neige qu’on retrouve sur son manteau en cette période sont très attirantes. Le Service des Bois et Forêts n’en vend que dans des pots, c’est-à-dire des plantes toujours vivantes. Elles pourront grandir et être utilisées comme sapins pour quatre ou cinq Noël d’affilée.

En vente à partir du 21 décembre

Les sapins de Noël seront mis en vente par le service des Bois et Forêts à partir du samedi 21 décembre, de 8h à 15h. Ils seront disponibles dans cinq endroits : au Head Office à Curepipe, au bureau de Quartier Militaire, à la Nursery d’Abercrombie, au Nature Walk de Powder Mills à Pamplemousses et à la pépinière du Batelage à Souillac. Les arbres à pin seront vendus au prix uniforme de Rs 200, quelle que soit leur taille. Quant aux araucarias, ils sont en vente de Rs 50 à Rs 250, voire plus, dépendant de leur taille.