Qu’il soit présenté en feuilles, sachets et bientôt en infusion glacée pour l’été, le thé vert est réputé pour ses qualités médicinales, ses effets préventifs et pour ses principes actifs, dus aux antioxydants qui ont attiré l’attention des chercheurs dans le monde et à Maurice. Pour en savoir plus, nous avons rencontré le professeur Theeshan Bahorun du centre de recherche biomédicale CBBR. Par ailleurs, Bois-Chéri nous a aussi ouvert les portes de son usine pour nous faire découvrir les étapes de fabrication du thé vert et une halte s’est imposée aussi au Musée du thé.
Apprécié depuis des siècles, le thé est l’une des boissons les plus prisées dans le monde. À Maurice, il existe deux variétés de thé: le thé noir et le thé vert. À l’origine de ces deux types de thé, une seule et même plante, le théier. Les feuilles du thé noir subissent une fermentation, tandis que celles du thé vert sont non fermentées. Les autres thés comme l’Oolong (thé bleu-vert), Rooibos (appelé thé rouge) proviennent de la Chine et de l’Afrique du Sud respectivement.
Le thé vert est composé d’un grand nombre de substances bénéfiques à notre santé comme les polyphénols ou les catéchines qui ont une action antioxydante. La catéchine nous protège des maladies du coeur et du cancer
À Maurice, les théiers poussent dans les zones fraîches et humides. Bois-Chéri, se situant à quelques kilomètres de Grand-Bassin, a un climat parfaitement adapté à cette culture. L’exploitation compte 300 hectares de plantations. La production annuelle est de 3.6 millions de kg de feuilles, soit 700 tonnes de thé cuit. 40 à 50 tonnes sont exportées vers la Réunion, la Chine et l’Europe.
L’usine est l’unique producteur de thé vert à Maurice. Une fois ramassées — ramassage mécanique ou à la main —, les feuilles sont expédiées à l’usine. Là, elles sont mises dans un bac de torréfaction. Cette étape est sans doute la plus importante dans le processus de la confection d’un thé vert. C’est elle qui va inactiver les enzymes présentes dans les feuilles fraîches et arrêter l’oxydation enzymatique et préserver les précieux polyphénols. Les feuilles perdront un peu de leur eau. Il faut trois batchs de feuilles représentant 250 kg de thé pour produire 35 Kg par jour. L’étape suivante consiste à rouler les feuilles dans un “roller”. Le séchage est l’ultime étape de la conception d’un thé vert. Pour assurer une parfaite conservation du thé, les feuilles sont séchées dans un four à 120°C pendant 10 minutes avant d’être écrasées et empaquetées.