La Plate-forme pou sauve nou Falaise poursuit sa lutte contre le projet de morcellement résidentiel à Gris-Gris. Après le sit-in de dimanche sur le parking de la plage, Georges Ah-Yan annonce la tenue d’une manifestation ce dimanche au même endroit afin de sensibiliser le public sur les dangers que peut causer ce développement. Le porte-parole demande aussi au District Council d’émettre un Stop Order contre le promoteur. Et pour renforcer leurs actions, le mouvement prévoit des meetings.
Georges Ah-Yan se dit convaincu que les promoteurs du projet de morcellement résidentiel à Gris-Gris ne détiennent pas les permis requis pour déverser de l’eau usée dans la mer. Le porte-parole de la Plate-forme pou sauve nou Falaise et président du Forum des Citoyens Libres soutient que des habitants de Gris-Gris et ceux contre ce projet de développement ont envoyé plusieurs lettres aux autorités concernées pour solliciter leur intervention.
« Malheureusement rien n’a été fait jusqu’à aujourd’hui. Mo pa kwar ki district council ek Wastewater Authority finn donn zot permisyon pou devers zot dilo use dan la mer », s’insurge George Ah-Yan. Le travailleur social craint aussi l’impact qu’auront ces actions sur l’environnement. Il demande ainsi au District Council d’émettre un stop order. La Plate-Forme Pou Sauve Nou Falaise intensifie sa campagne pour sensibiliser le public. Une manifestation est prévue dimanche sur la plage de Gris-Gris. La plate-forme tiendra par la suite une série de meetings dans le Sud.
Plusieurs habitants s’opposent au projet de morcellement résidentiel car la route à l’entrée de Gris-Gris et menant à la “Roche qui Pleure” serait obstruée, le terrain se situant entre un petit bungalow situé à proximité de la plage publique et le Foyer de l’Unité. Ils déplorent aussi la disparition des sentiers qu’utilisent les promeneurs et la distance qu’ils auront à parcourir pour accéder à la “Roche qui Pleure”.
Autre projet de développement qui préoccupe le président du Forum des Citoyens Libres : la construction d’un complexe commercial en face du cimetière de Cap-Malheureux à environ une dizaine de mètres des wetlands, Mare de la Cocoteraie. Georges Ah-Yan avance que le promoteur Kirav Co Ltd n’a pas de licence d’Environment Impact Assessment (EIA) pour aller de l’avant avec son projet. « Nous avons écrit au ministère de l’Environnement, qui nous a confirmé ce fait», dit-il.
Georges Ah-Yan souligne par ailleurs que selon le Outline Planning Scheme for Pamplemousses/Rivière-du-Rempart Council Area, aucun développement ne doit avoir lieu à moins de 30 mètres des wetlands pour des raisons de sécurité. Il indique aussi que la construction du complexe commercial mènera à la destruction du cimetière historique de Cap Malheureux qui, souligne-t-il, existe depuis 1866. Des habitants ont ainsi déposé une plainte au Town and Country Planning Board pour réclamer l’arrêt des activités.