La Plateforme Baisse Prix l’Essence et Diesel avait prévu d’entamer une bataille judiciaire après que leur opération escargot, qui aurait dû avoir lieu le 23 juillet, a été contestée et annulée par le Commissaire de police.

De plus, Jayen Chellum, porte-parole de la plateforme, nous informe que leur demande auprès de la cour n’a pas été retenue.

« C’est parce que nous avons pris du temps pour la soumettre. Ce n’est pas que notre argument n’est pas pris en compte, mais notre application a été “short notice” », a-t-il fait ressortir.

Malgré tout, les membres de la plateforme ne baissent pas les bras :

« Nous allons revenir à la charge »

Ils déplorent, en outre, les agissements de la police, qui avance dans une lettre que leur action « will cause disruption to the life of the community ». Jayen Chellum s’interroge : « le but fondamental, c’est de savoir pourquoi le Commissaire de police, sans nous donner de raisons, vient dire que nous allons déranger ».

Il s’est, en ce sens, appesanti sur la section 4 de la Public Gathering Act, qui met en lumière l’importance de laisser à la population le droit d’exprimer son désaccord dans un cadre pacifique. Ce qui, a-t-il précisé, fait partie des normes d’une société démocratique.

Et les membres de la plateforme sont décidés à défendre ce droit. Une rencontre est prévue cette semaine afin d’étudier la nouvelle marche à suivre.

Pour rappel, le but de leurs opérations est de réclamer « une abolition totale » des Rs 2 de hausse sur le prix des carburants, et non juste une baisse de 50% comme intervenue dans le Budget.

Et ce, tout en dénonçant toutes formes de taxes « injustes ».