Le rapport du Joint Technical Committee (JTC) a été vivement critiqué lors d’un point de presse de la plateforme pour un nouveau MMM, présidée par Pradeep Jeeha, Steeve Obeegadoo et Françoise Labelle, hier.

L’objectif de cette rencontre était de mettre en avant une réforme dans l’industrie sucrière et surtout interpellé le ministre des Finances, Pravind Jugnaugh, avant son exercice budgétaire. Et ainsi ouvrir un débat pour une mise en avant de la contribution des petits planteurs dans l’économie du pays.

« Nous sommes très sensibles à la situation des petits planteurs, il faut redéfinir le partenariat entre les petits planteurs, travailleurs ainsi que l’État et lorsque les planteurs sont rémunérés, ils ne faut pas se baser que sur le sucre », a fait ressortir Steeve Obeegadoo. Dans le même registre, Pradeep Jeeha a indiqué que le rapport du JNT est « bon pour la poubelle », car les petits planteurs « ont été oubliés ». Le rapport, ajoute-t-il, ne prend pas en compte les vrais problèmes de ce milieu.

Pradeep Jeeha a lui-même rédigé un rapport en ce sens afin de vulgariser les divers points noirs dans ce secteur. Selon lui, le partage équitable doit être revu.  » Les petits planteurs et les travailleurs doivent bénéficier de 35% d’actions dans tous les cane clusters », a-t-il déclaré. «  Il faut arrêter de payer les planteurs par tonne de sucre », a-t-il lancé.

Les membres de la plateforme précisent qu’ils souhaitent apporter leurs contributions à cette industrie et invitent les diverses parties, l’État, les petits planteurs, les travailleurs, les gros planteurs, les syndicats ainsi que les usinières, à s’installer autour d’une même table afin de trouver des solutions adéquates pour le secteur sucrier, qui concerne environ 7 000 travailleurs.