À l’initiative de la Confédération des Travailleurs du Secteur Privé (CTSP), la plateforme Anti Privatisation CWA menée par plusieurs syndicalistes et citoyens envisage d’adresser une lettre ouverte au Premier ministre, sir Anerood Jugnauth. Laquelle lettre devrait être envoyée au plus tard lundi. Ceux siégeant sur cette plateforme se disent, outre contre la privatisation de la Central Water Authority (CWA) et, contre une augmentation du tarif de l’eau. Ils ont tenu une conférence de presse, hier à la mi-journée, à Rose-Hill.
Les animateurs soutiennent que le gouvernement Lepep n’a à aucun moment fait part dans son manifeste électoral d’une privatisation de la CWA, encore moins d’une hausse du tarif de l’eau. En fait, ils rappellent que le gouvernement avait promis une distribution d’eau sur une base 24/7 dans les six mois suivant son élection.
Les membres de cette plateforme, réunissant la Fédération des Travailleurs Unis (FTU) dont notamment Sheila Bunwaree, rappellent que la privatisation fait partie d’un agenda néolibéral, soit “un agenda qui blesse et détruit”. “Unfortunately, it is being heralded by the minister as an easy solution to our water problem without any effort to look for some more imaginative and innovative approach that will not impact negatively on the consumers. We have seen the harm done to Mauritius Telecom, and other sectors which have been privatised”, écrivent-ils avant d’ajouter que “la privatisation engendre la corruption, une hausse de prix, des licenciements, une exacerbation de la pauvreté et une inégalité grandissante”.
Pour la plateforme citoyenne, l’eau est un cadeau de la nature et un droit fondamental à chaque humain. Ainsi, le peuple mauricien, disent-ils, est contre cette option qui fait “plus de mal que de bien”. “They are in search of an acceptable formula that would put an end to the intolerable wastage of water due to blatant mismanagement and bad governance at the level of the CWA and associated institutions.”
Les signataires de ladite lettre rappellent notamment qu’avec l’avènement de la Wastewater Management Authority (WMA), les abonnés paient une augmentation de 100% sur leurs redevances, sans compter Rs 4 par litre de pétrole en vue de consolider le Build Mauritius Fund qui est estimé à Rs 4,6 milliards.
Par ailleurs, une série d’activités auront lieu, à savoir un forum-débat et une marche de l’eau, comme celle du pain qui a eu lieu il y a une dizaine d’années.