Les activistes et écologistes de la Platform pou Sov Nou Laplaz, stoppant temporairement leur série de meetings en vue de dénoncer la privatisation des plages, envisage diverses initiatives pour l’année 2014 pour continuer d’alerter l’opinion publique à ce sujet. George Ah-Yan, un des porte-parole, annonce l’extension de la campagne de sensibilisation dans les écoles.
Après avoir organisé une série de meetings, dont le dernier à Trou-d’Eau-Douce en novembre, la PSNL envisage de donner une nouvelle tournure à son combat citoyen. « Nous entamerons une campagne de sensibilisation auprès des collégiens et écoliers du pays », dit Georges Ah-Yan, président du Forum Citoyen Libre et membre de cette plateforme. La logistique et les modalités sont actuellement étudiés. Revenant sur les meetings organisés et des difficultés rencontrées pendant ces six derniers mois, Georges Ah-Yan remarque que l’intérêt des jeunes ne se manifeste que virtuellement, sur les réseaux sociaux. « S’ils s’intéressent à la sauvegarde de l’environnement et des plages, les jeunes ne s’engagent que sur Facebook, ils ne veulent pas descendre sur le terrain. C’est pourquoi nous souhaitons les approcher à travers des campagnes de sensibilisation dans leurs établissements scolaires. Nous tenterons d’approcher d’abord les écoles situées sur le littoral. Mais il faudra, avant tout, avoir la permission des responsables des établissements scolaires visés ».
Pour la PSNL, cette campagne permettra non seulement à la jeune génération de contribuer à la préservation des plages publiques mais d’éduquer en retour les parents. Rappelons que la PSNL milite contre la privatisation des plages publiques, qui découle aussi bien de déviations routières que de l’accaparement des plages et de la réduction de l’espace destiné au public par la présence de marchands ambulants.