Déjà dix ans dans le giron du volley-ball féminin local, et Azur SC aura connu des moments d’intense bonheur et d’immense déception. Tant et si bien que ce deuxième titre national s’avère comme une douce revanche sur le sort pour une formation qui pendant un temps semblait voué à disparaître de la scène sportive locale.
Au coup de sifflet final lors du débat crucial face aux Tranquebar Black Rangers le 12 octobre dernier, les joueuses d’Azur SC se jettent dans les bras de Guito Lepoigneur. L’entraîneur de cette formation ne peut contenir son émotion. Les larmes versées sont comme une délivrance pour celui qui avait conduit cette équipe vers une première consécration en 2005 et qui avait ensuite été suspendu à vie injustement par deux émissaires de la Fédération internationale de volley-ball. Et ce, avec la complicité de certains dirigeants de la fédération locale. Toutefois, pendant toutes ces années, Guito Lepoigneur n’a jamais baissé les armes et justice lui a finalement été rendue l’année dernière.
Aujourd’hui, l’entraîneur d’Azur SC crie son bonheur. « J’ai su bénéficier du soutien de ma famille pendant tous ces moments difficiles. Nous avons reconstruit l’équipe et aujourd’hui, c’est la solidarité au sein du groupe qui nous a permis de revenir au tout premier plan. »
De retour à la compétition la saison dernière, l’équipe des villes soeurs avait failli créer l’événement en ne se faisant devancer qu’au coefficient de points par les Tranquebar Black Rangers. Cette saison, battues de peu en finale de la Coupe de la République par le Curepipe Starlight, Nathalie Létendrie et ses camarades ont su attendre le moment propice pour se retrouver sous le feu des projecteurs.
Un parcours sans faute lors de ces play-offs et l’occasion de terminer en apothéose demain après-midi (15h) face au Curepipe Starlight. « Nous devrons tout mettre en oeuvre afin de demeurer invaincus. J’ai confiance en mes joueuses car elles ont toujours fait montre de persévérance, de volonté et de solidarité jusqu’ici », soutient Guito Lepoigneur.
Reste que ce dernier avance que son groupe ne compte pas s’arrêter en si bon chemin. La Coupe des clubs champions de la zone 7 sera l’occasion pour cette formation de se surpasser face aux autres équipes de l’océan Indien. « Il nous faudra être au top pour cette compétition. L’équipe est graduellement montée en puissance et nous espérons que le groupe sera au complet pour ce déplacement », explique-t-il.
D’où un appel au ministère de la Jeunesse et des Sports et aux commanditaires. Ce sera au bout du compte les “l” du bonheur sur lesquels Azur SC volera vers son firmament. La coïncidence voulant que les joueuses se trouvant dans le six initial possèdent toutes un surnom débutant par cette lettre de l’alphabet. Létendrie, Larché, Lepoigneur et les trois soeurs Latour. Autant de joueuses qui, en compagnie de leurs coéquipières, ont toujours cru et croient encore en des lendemains meilleurs.