L’hégémonie de l’Union Sportive Beau Bassin Rose-Hill se maintiendra-t-elle au niveau du handball masculin ? Voilà une formation qui a imposé sa loi pendant seize années consécutives et qui s’apprête à maintenir cette remarquable série. Toutefois, son éternel challenger qu’est le Curepipe Starlight compte cette fois inverser la tendance afin de connaître enfin la joie d’une première consécration. Un duel indécis et de bonne facture est donc attendu ce soir à partir de 19h au gymnase de Phoenix.
Invaincus depuis le début de la compétition, les deux protagonistes s’étaient affrontés lors de la manche qualificative du championnat. À l’arrivée, un résultat nul de 26-26, mais les Curepipiens pouvaient se mordre les doigts, avec ce penalty manqué au cours des toutes dernières secondes par Pascal Léonard, dont la tentative était repoussée par Donaldo Douce.
Mais le CSSC abordera ce débat final avec ce surplus de confiance, ayant vaincu son adversaire du jour lors des quarts de finale de la Coupe de la République, pour ensuite décrocher le trophée. Reste que détrôner une équipe aussi titrée constitue une autre paire de manches.
Ce que constate d’ailleurs un des dirigeants du CSSC, Benoît Souchon. « Face à un adversaire rodé, il serait prétentieux de nous montrer dans la peau du favori. Nous viendrons en challengers, tout en étant conscients que nous nous sommes considérablement rapprochés de l’USBBRH ces trois dernières années ».
Selon lui, la force mentale fera la différence. « Nous souhaitons ardemment remporter cette finale. Les deux équipes sont quasiment du même niveau et je ne crois pas que l’écart sera conséquent à l’arrivée », estime Benoît Souchon.
Du côté de l’USBBRH, une certaine confiance est de mise, surtout après le net succès aux dépens de l’ASPL 2000 en demi-finales. « L’équipe est moralement prête et les joueurs ont repris confiance. Face à un adversaire en progrès constants, cela se jouera dans la tête », fait ressortir David Malié. Selon ce dernier, il faudra avoir un oeil particulier sur Jean-François Lamarque et Pascal Yeung Yin.
Mais avec des joueurs chevronnés dans ses rangs, la formation des villes soeurs tentera de se montrer de nouveau à la hauteur de la situation. « L’objectif sera de décrocher un 17e titre. Cela nous mettra davantage en confiance en vue de la Coupe des clubs de l’océan Indien », avance David Malié.
Il est à noter qu’en lever de rideau à 17h, le match pour la troisième place opposera l’Association Sportive Vacoas-Phoenix à l’ASPL 2000.