Au-delà de la panique généralisée avec un embouteillage monstre à la sortie de la capitale, hier en début d’après-midi, le bilan des pluies diluviennes indiquent que l’Ouest, soit la partie nord de Rivière-Noire, et le centre de l’île, ont enregistré entre 104 et 65 mm de pluie en l’espace de trois heures. Ces débordements d’eau ont causé de graves inconvénients dans des régions comme Ébène et Grewals, sur le tronçon de la route de Camp-Benoît à Richelieu ou encore à Coromandel, devenue impraticable, et où la circulation a été déviée ou interdite.
Ce matin, une cinquantaine de maisons inondées, plus particulièrement à l’Ouest, avaient été enregistrées et on totalisait 209 personnes venant de 47 familles ayant cherché refuge dans des centres sociaux hier soir. Par ailleurs, les sapeurs-pompiers ont effectué pas moins de 70 sorties suite à des appels de détresse de familles dont les maisons ont été inondées. La police a également dû intervenir d’urgence, hier après-midi, pour évacuer une quinzaine d’élèves de l’École des Aveugles à Maingard, Beau-Bassin, vu que le niveau d’accumulation d’eau dans l’enceinte de cet établissement constituait une menace pour leur sécurité.
L’une des premières alertes pour les pluies torrentielles d’hier a été notée du côté de Pailles, où l’Underpass de Grewals à la hauteur de l’autoroute a été inondée dès le début de l’après-midi. C’est l’une des régions qui ont été les plus copieusement arrosées, des indications préliminaires avançant qu’elle a reçu 104 millimètres de pluie en trois heures. Avec Grande-Rivière-Nord-Ouest et La Tour-Koenig, cette partie sud de la capitale a enregistré une moyenne de 91 mm en trois heures.
La pluviométrie entre 13 heures et 16 heures a été de 77 millimètres dans les hauts des Plaines-Wilhems, notamment à Eau-Coulée et à Curepipe, 70 millimètres pour la région couvrant Coromandel, Petite-Rivière et Bambous et 65 mm au Centre, soit Moka et Saint-Pierre 65 mm. De ce fait, dès 14 heures, hier, la circulation routière a dû être déviée en raison des problèmes de débordements à Grewals, à Grande-Rivière-Nord-Ouest, au pont d’Ébène du côté de la station-service. Des éléments de la force policière, dont de la Special Mobile Force, des sapeurs-pompiers et des techniciens de la Road Development Authority (RDA) ont été dépêchés sur les lieux soit pour canaliser le trafic soit pour un constat des lieux.
La situation était devenue encore plus difficile avec les eaux venant de Coromandel dévalant la petite côte pour affecter Camp-Benoît et la cité de Richelieu à tel point que la circulation routière sur le tronçon de la route de Petite-Rivière à sa jonction à la Montée S à Richelieu a été déviée sur la zone industrielle de Coromandel pendant une bonne partie de l’après-midi.
Le fait exceptionnel est que des habitants de Richelieu, dont les maisons ont été affectées pat une véritable vague d’eau boueuse balayant tout sur son passage, s’étonnent du phénomène (voir texte plus loin). En effet, outre le cimetière de Richelieu, complètement envahi par les eaux, toutes les maisons de Résidence Richelieu longeant la route entre le centre social et le garage Chan ont été touchées par le débordement. La déviation d’un important drain à Richelieu pourrait expliquer en partie  les gros désagréments causés aux habitants de la région.
Sur la quarantaine de maisons inondées rapportées officiellement, la plus grosse majorité est à l’Ouest avec deux cas au Centre. Cette même tendance se confirme en ce qui concerne les réfugiés. Plus de 165 personnes venant de 37 familles de Cité La Ferme et de la région dite Herbes Folles ont passé la nuit d’hier à ce matin au centre social de Bambous. Leurs frêles habitations ont été inondées et ces réfugiés affirment que leur malheur vient du fait que des travaux pour le projet de ferme photovoltaïque à Bambous auraient dévié l’eau de son cours normal pour les affecter.
Avec la période de fortes pluies susceptible de persister, selon les prévisions de la station Météo, notamment dans le Nord, les forces de l’ordre maintiennent une vigilance à toute épreuve et le public est appelé à faire preuve de prudence dans les régions à risques.