Du côté du secteur privé, le directeur général, Raj Makoond, qui participait aux délibérations de ce matin, a confirmé que des consultations ont déjà été initiées à cet effet avec la Mauritius Export Association (MEXA), car le secteur emploie plus de 55 000 personnes. La Banque de Maurice a déjà été approchée en vue d’enclencher les procédures pour décréter un Bank Holiday aux termes de la loi en vue de fermer les banques plus tôt que d’habitude. Sur le terrain, la situation se confirme être difficile dans la partie nord de l’île, qui est balayée par des masses nuageuses actives associées à une « tropical disturbance » évoluant à l’ouest de l’île. Le directeur de la Météo, Rajan Mungra, prévoit qu’une éventuelle amélioration dans le temps pourrait intervenir cet après-midi. Les forces d’intervention, que ce soit des membres des différentes unités de la force policière, de la Special Mobile Force (SMF), de la National Coast Guard (NCG) et des Government Fire Services, sont en Stand-By dans des positions stratégiques dans les zones à risques.
Intervenant lors de la réunion convoquée d’urgence à 10 heures ce matin aux Casernes centrales, le secrétaire au Cabinet et chef du service Civil, Sattyaved Seeballuck, a soutenu que « si s’était encore un peu plus tôt, nous aurions demandé à tous les fonctionnaires et aux employés des corps parapublics de rester chez eux et nous aurions maintenu les bureaux fermés. The situation is becoming more and more serious, especially in the North. In the East, it is not very good also ».
Toutefois, les autorités ont préféré repousser l’échéance de la fermeture des bureaux à 11 heures dans une tentative d’atténuer des problèmes sur les routes pour le retour des employés à la maison. Le secrétaire au Cabinet a également confirmé qu’en l’absence du gouverneur de la Banque de Maurice, des échanges ont eu lieu avec le Deputy Governor en vue de la fermeture prématurée des banques commerciales. Pour ce qui est des activités dans le secteur privé, Raj Makoond a indiqué que du côté de la MEXA, avec une main-d’oeuvre de quelque 55 000 employés, la question a été abordée tôt ce matin. « Des dispositions ont déjà été prises pour le transport des employés dans le secteur du textile. Nous attendons la décision du gouvernement. Business Mauritius a déjà préparé un Draft Communiqué, qui sera transmis à tous ses membres au sujet de cette urgence », devait-il soutenir lors de la réunion de ce matin avant la confirmation officielle.
Toutefois que ce soit du côté de la Météo et du National Disaster Risk Reduction Management Centre, l’on est unanime à reconnaître que le « peak » des pluies torrentielles était pour la matinée. D’ailleurs, à titre d’exemple, à 7 heures ce matin et pour les dernières douze heures, la région de Pointe-aux-Canonniers dans le nord de l’île, avait reçu plus de 100 millimètres de pluie, constituant un record pour la région. Ainsi, des routes dans le Nord étaient devenues impraticables, dont le rond de Sottise avec des déviations devenues nécessaires. Des rues de Triolet, notamment celles aux environs des Casernes des sapeurs-pompiers, étaient complètement inondées ce matin et les autres villages du Nord se retrouvent quasiment dans le même état.
D’autres tronçons du réseau routier ont été affectés, dont celui de Helvétia/Côte d’Or, débordé par deux pieds d’eau boueuse venant d’importants chantiers voisins, celui de Beau-Bois/Ripailles, sans compter des débordements d’eau dans les rues de la capitale, affectant considérablement la circulation. La route Verdun/Terre-Rouge placée sous surveillance pour  la circulation pour des raisons de sécurité. Les deux Underpasses du Caudan ont été déclarés zone interdite depuis peu après 9 heures ce matin vu le volume d’eau avalant les escaliers. Le ministre des Infrastructures publiques, Nando Bodha, devait réunir son état-major en fin de matinée en vue de dresser un état des lieux des routes praticables.
Dans d’autres régions de l’île, la pluviométrie enregistrée au cours de ces derniers jours a été considérable, soit plus de 200 millimètres de pluie à Mont-Bois, Mare-aux-Vacoas et Nouvelle-Découverte. Dans la conjoncture, la principale crainte des autorités demeure que cette saturation risque de provoquer d’autres situations à risques dans les heures à venir d’où les décisions en urgence lors du Management Crisis Committee de ce matin sous la présidence du ministre Dayal.
Évacuation ?à Chitrakoot
Le commissaire de police par intérim, Tangavel Seerungen, confirme un état d’alerte maximale des forces de l’ordre. Des Platoons de membres de la Special Mobile Fiorce (SMF) ont été déployés dans le Nord, l’Est, le Sud, l’Ouest et la capitale pour des interventions d’urgences. Le ministre Dayal a réclamé qu’un des hélicoptères de la police soit stationné aux Casernes centrales en vue de parer à toute éventualité.
Des premières évacuations de maisons affectées par des inondations ont été opérées ce matin à Chitrakoot alors que les autorités ont dû également intervenir dans la région de Souillac où un glissement de terrain a été noté. Dans la région de Sainte-Croix, les autorités ont eu fort à faire dans la matinée quand quelque 200 personnes, se disant affectées par les pluies torrentielles, sont descendues au poste de police et au centre de refuge de la localité suite à l’annonce par le ministre des Administrations régionales, Anwar Husnoo, à l’effet que les centres communautaires étaient ouverts pour accueillir des sinistrés.
Dans la capitale, le Point of Focus restait le ruisseau du Pouce, dont le débordement est mis en cause dans le drame du 30 mars 2013, avec une première alerte également un matin de Mercredi des Cendres, soit le 13 février 2013. A ce matin, les indications étaient que le ruisseau du Pouce était à 90 % de sa capacité. « We might get some spill-over », a averti le ministre Dayal vu que les rues avoisinantes, dont la rue La Poudrière, présentaient déjà des signes de débordement.
« Nous faisons un appel urgent aux conducteurs, qui ont garé leurs voitures dans des parkings souterrains, de faire le nécessaire dans les meilleurs délais et de les évacuer », a-t-il dit.
Dans la matinée, les Government Fire Services, qui avaient reçu une cinquantaine d’appels de détresse durant la nuit pour des interventions, ont dû effectuer des opérations à Saint-James Court sur les berges du Ruisseau du Pouce avec des employés de bureau bloqués par la montée des eaux.
La National Coast Guard est également en état d’alerte avec deux unités prêtes à intervenir en haute mer, le Dornier en Stand-By et les postes de NCG à travers l’île prêts à intervenir. De ce fait, il est recommandé au public de ne pas prendre de risques inutiles en bord de mer, notamment avec la tentation d’aller admirer les énormes vagues s’écrasant notamment à Poste-Lafayette. Le secrétaire au Cabinet a demandé au commandant de la NCG de donner des instructions à ses officiers de prendre en contravention pour « tentative de suicide » ceux des membres du public qui ne respecteraient pas les directives de sécurité…