Le leader de l’Opposition, qui rencontrait la presse à l’issue de la séance de PNQ durant laquelle le Premier ministre a été interpellé sur les inondations, a réclamé l’institution d’une commission d’enquête présidée par un ex-juge indépendant afin de faire toute la lumière sur la responsabilité de tout un chacun par rapport aux événements survenus samedi. Alan Ganoo, qui avait à ses côtés Pravind Jugnauth et tous les parlementaires de l’Opposition, a aussi demandé la démission du directeur des services météorologiques, M. Dumputh. Il a estimé que le VPM et ministre des Infrastructures publiques Anil Bachoo devait également soumettre sa démission.
Alan Ganoo a par ailleurs demandé à ce que le secrétaire du cabinet remplace le commissaire de police à la présidence du National Disaster Committee. Selon lui, le commissaire de police qui a sous sa responsabilité environ 9 000 officiers, est déjà trop occupé pour en assumer d’autres. Il a reproché au gouvernement,
en particulier le Premier ministre, de n’avoir rien fait pour mettre à exécution les rapports du juge Domah soumis en 2008. Il a qualifié le rapport de feuille de route pour la gestion des calamités dans le pays. Ce rapport, selon lui, constitue un outil de travail pour tous les gouvernements. Il a aussi déploré « l’absence de la police sur les routes samedi afin de canaliser le trafic… ».
Alan Ganoo a aussi estimé que le ministre Anil Bachoo a sa part de responsabilité dans ce qui s’est passé samedi et qui a coûté la vie de 11 personnes. Il a finalement demandé qu’une stèle soit érigée en mémoire des personnes disparues.
Pravind Jugnauth s’est pour sa part associé à Alan Ganoo et a parlé du sentiment de “révolte” dans la population. Il a été critique vis-à-vis de la météo qui a attendu 14 h 30 samedi pour émettre un communiqué mettant en garde contre les accumulations d’eau. Il a aussi dénoncé la MBC pour avoir attendu 15 h 45 pour diffuser ce communiqué. Quant à l’utilisation de SMS pour alerter la population des dangers climatiques, Pravind Jugnauth a affirmé que cette mesure figure dans le rapport Domah.