Les habitants de Piéton Père Laval à Sainte-Croix, quartier à proximité d’une rivière, ont vécu hier une journée traumatisante avec les pluies torrentielles qui se sont abattues sur le pays : un sexagénaire a failli se noyer, plusieurs maisons ont été inondées, des véhicules et des animaux, dont des boeufs, ont été emportés par l’eau…
Les averses persistantes de la nuit de mardi à hier matin ont causé le chaos à Sainte-Croix, plus particulièrement à Piéton Père Laval situé près d’une rivière. À hier après-midi, une dizaine de familles touchées se remettaient lentement de cette expérience qu’elles qualifient de « traumatisante ».
Zahoor Joomanally (61 ans), encore marqué par sa matinée mouvementée, confiait hier au Mauricien qu’il n’en revenait pas d’être toujours en vie. « Bondie gran. Bondie mari gran », n’a cessé de répéter ce marchand ambulant qui a failli se noyer alors qu’il se trouvait dans un lieu de culte jouxtant sa maison.
Le sexagénaire s’y était rendu, environ 30 minutes après l’avis de pluies torrentielles émis par la station météorologique de Vacoas, en vue de récupérer et mettre à l’abri des objets et documents. « Sak fwa ki ena bel lapli bann meb ek bann lezot zafer gagn dilo. Monn al dan sa lie cult-la ver 6 h 30 pou ramas tou », raconte Zahoor Joomanally qui ne s’était pas rendu compte que la rivière était déjà en crue. L’eau a alors « défoncé » la porte d’entrée du bâtiment.
En l’espace de quelques secondes, poursuit le marchand ambulant, le lieu de culte a été envahi par une eau boueuse. À l’extérieur, c’était également le chaos avec ses deux vans renversés et ses boeufs emportés.
Voyant le niveau d’eau augmenter à vue d’oeil, le sexagénaire tente par tous les moyens de se sortir de ce cauchemar. « Mo ti pe trap tou seki mo ti pe trouve pou mo pa noye. Mo ti pe osi prie ek dimann bondie pardon », lâche-t-il. Sa famille, elle, assistait impuissante à la scène. Son inquiétude devait d’ailleurs augmenter devant le « retard considérable » de l’arrivée des secours sur les lieux.
Zahoor Joomanally doit son salut à des jeunes habitants de Sainte-Croix qui ont fait preuve de bravoure en le sauvant des eaux. « Nou finn bizin pran enn lesel pass par la fenet pou kapav rant andan. Pa ti ena okenn lot solisyon. Si nou ti rod pas par sa bann gro dilo-la nou ti pou mor », raconte l’un des sauveteurs qui depuis hier matin est présenté comme un héros dans le quartier.
Le sexagénaire s’en est sorti avec des blessures légères aux bras. Les dégâts matériels sont cependant considérables, l’eau ayant envahi à mi-hauteur du plafond toute la pièce. Zahoor Joomanally a néanmoins pu retrouver ses boeufs sains et saufs. Quant à ses vans complètement recouverts de boue, ils ont pu être remorqués.
Concernant les autres familles de Piéton Père Laval, les dégâts se situent surtout au niveau matériel. Plusieurs maisons et cours ont ainsi été inondées. « Nou finn perdi tou. Dilo finn rantre partou. Enn andikape ress ladan ek dilo finn mouy so matela net ek tou so bann zafer.
Pa kone kouma li pou rest ladan aster. Nou pe pas dan enn moman mari difisil », lancent des familles désemparées devant ce drame humain.
Ces habitants se rappelleront pendant longtemps cette matinée du 13 février 2013 et de ces images d’eau dévalant cette rivière à Sainte-Croix. « Depi 28 an mo res-la, zame mo finn trouv kiksoz koum sa. Nou mem nou pa ti pe krwar se ki ti pe arive », lancent-ils. Les familles touchées par ces pluies torrentielles tentent maintenant de reprendre le cours normal de leur vie en attendant une éventuelle réaction de la part des autorités…