Outre le manque à gagner estimé à Rs 300 millions pour l’interruption des activités économiques dans la matinée d’hier suite à la panique causée par les pluies torrentielles, les premiers détails du bilan établi par les autorités indiquent que la principale répercussion devra se faire sentir au niveau des cultures vivrières, dont les champs des planteurs de légumes ont été sévèrement affectés par les débordements et inondations. D’autre part, des problèmes sont à prévoir au niveau du ramassage d’ordures ménagères avec la fermeture momentanée du centre d’enfouissement de Mare-Chicose. Sur le plan social, les autorités ont recensé à hier après-midi 591 maisons inondées travers l’île, dont la majorité dans la région nord de la capitale, soit Abercrombie et Sainte-Croix, alors que le nombre de sinistrés dans les centres de refuge était de 290 toujours à hier, avant la fin de l’alerte de pluies torrentielles.
Les premiers relevés fournis aux membres du Disaster Coordination Committee, institué sous le National Disaster and Operations Coordination Centre (NDOCC), avancent que la production vivrière, principalement de légumes, a été affectée à environ 30 % alors que les dégâts au niveau de la canne sont qualifiés de minimes compte tenu du stade la pousse aux champs. Des techniciens des différents services dans le domaine agricole devront effectuer des relevés plus pointus pour une nouvelle évaluation dans ce secteur et décider de la marche à suivre.
Les répercussions des dégâts devront se faire sentir dans les prochains jours au niveau des prix des légumes mis en vente sur le marché. À ce matin, les nouveaux prix n’étaient pas encore en vigueur. Mais avec l’écoulement des stocks de légumes, principalement des filantes, et également de la pomme d’amour, récoltés en début de semaine, la mercuriale devrait connaître d’importants changements dans les jours qui viennent.
Les débordements et inondations ont mis à rude épreuve l’infrastructure physique du pays. Depuis hier, le centre d’enfouissement de Mare-Chicose est fermé temporairement en raison des inondations sur ce site. Ce matin, aucune indication n’était disponible quant à son retour en service.
Même si le ramassage d’ordures ménagères à travers l’île continuera à se faire avec les centres de transit encore opérationnels, des craintes sont exprimées quant à une fermeture trop prolongée du Mare-Chicose Landfill. Dans les milieux autorisés, l’on faisait comprendre ce matin qu’un monitoring systématique de l’évolution de la situation est en cours.