Le service des pompiers a été très sollicité depuis ce matin avec des appels de détresse dans plusieurs régions de l’île. Le Nord et Port-Louis sont les régions les plus affectées. À Plaine-Verte, Sainte-Croix, Vallée-des-Prêtres et Pereybère notamment, les pompiers ont dû venir au secours des familles dont les maisons ont été inondées.
À 11 h ce matin, la station de Triolet avait enregistré plus d’une vingtaine d’appels de détresse. Des interventions d’urgence ont eu lieu à Fond-du-Sac, Pereybère et Trou-aux-Biches, entre autres. À Grande-Pointe-aux-Piments, les pompiers ont dû évacuer une personne âgée, de 81 ans, qui était malade. Selon les officiers, les appels de détresse continuent à pleuvoir sur la caserne de Triolet. « Nous faisons de notre mieux pour répondre à toutes ces sollicitations. »
Même scénario à Port-Louis, où les pompiers sont sur le terrain depuis tôt ce matin. Rue Gorah Issac et sur la route Militaire, ainsi qu’à Sainte-Croix et Vallée-des-Prêtres, des maisons ont été inondées. Les pompiers de Port-Louis ont dû appeler en renfort leurs collègues d’autres casernes. Ashok Khelary, Deputy Chief Fire Officer, indique que la priorité est donnée aux personnes en danger. « Nous faisons appel à la compréhension du public. Nous recevons beaucoup d’appels, mais nous devons établir des priorités. Par exemple, dans les endroits où l’eau continue de traverser, nous ne pouvons intervenir. Il faut attendre qu’elle s’accumule. »
À Curepipe, trois opérations de “rescue” ont eu lieu à 10 h ce matin à Eau-Coulée et dans les rues Louis Pasteur et Leclézio. Les équipes étaient toujours sur le terrain pour contrôler la situation. À Coromandel, le téléphone sonne depuis 8 h ce matin. À 11 h, 12 appels de détresse avaient été enregistrés. La région de Pointe-aux-Sables est la plus affectée. Les pompiers ont dû mener des opérations à Barkly et à Richelieu.
Quant à la région de Quatre-Bornes, la situation est moins alarmante. La caserne n’avait enregistré que cinq appels à 11 h. Les endroits concernés sont Ripailles, Ébène, Stanley et Candos, entre autres. Dans la plupart des cas, les pompiers ont dû évacuer l’eau. Il n’y avait pas eu de “rescue” dans la région à l’heure où nous mettions sous presse. Par ailleurs, les pompiers de Quatre-Bornes ont dû porter main-forte à l’équipe de Port-Louis pour une intervention route Militaire. « Ils resteront sur place, car les équipes vont tourner et intervenir au fur et à mesure selon les besoins », indique un responsable. À Flacq, une dizaine d’interventions ont eu lieu à la mi-journée. En sus de la pluie, les pompiers de Flacq ont dû également intervenir dans un accident à Congomah.
Dans le Sud, environ 18 appels de détresse avaient été enregistrés à la mi-journée. Les endroits les plus touchés sont L’Escalier, Surinam et Camp-Diable. Outre le fait d’évacuer l’eau et les familles, les pompiers du Sud ont dû retirer des arbres tombés sur la route pour rétablir la circulation.
Contrairement aux autres régions, Tamarin n’a pas connu d’inondations. « Il n’y a eu qu’un cas à Bambous. Autrement, il n’y a pas d’urgence dans la région. En revanche, nous avons dépêché deux équipes à Port-Louis pour prêter main-forte aux autres équipes. Il y a eu notamment un “rescue” à Vallée-des-Prêtres. Nos équipes restent à la disposition des autres casernes », indique un responsable.
Par ailleurs, le 115 était saturé ce matin. Plusieurs personnes disent avoir tenté d’appeler ce numéro sans succès. Le DCFO Ashok Khelary, qui appelle à la patience et à la compréhension du public, assure que tous les cas seront traités en fonction des urgences.