Le ministre des Infrastructures publiques a réuni la presse aujourd’hui afin d’annoncer que le pont de Souillac sera opérationnel demain et que les travaux concernant les drains dans le village devraient débuter aujourd’hui.
« Le pont de Souillac doit être refait. Nous avions mis 14 supports temporaires. Cependant, à cause des averses, neuf ont été entraîné par la rivière en crue », a affirmé le vice-Premier ministre, Anil Bachoo. Deux consultants, qui ont réalisé un constat des lieux, soutiennent que le pont serait « safe and sound ».
Anil Bachoo laisse entendre que le pont de Souillac « n’a subi aucun dommage structurel ». « Mardi nous avions dit que le pont serait opérationnel dans les 24 heures, mais il y a eu l’épisode des pluies torrentielles. Hier, malgré la pluie, nous avons pu fixer un support. Aujourd’hui, nous allons en placer deux. D’ici demain, le pont sera opérationnel », a-t-il soutenu. La réparation du pont coûtera Rs 7,2 millions.
S’agissant du problème de drain à Souillac, le vice-Premier ministre, le ministre des TIC, Tassarajen Pillay, et le ministre du Logement et des Terres, Abu Kasenally, ont effectué une visite des lieux hier. Il en ressort que la construction des morcellements sur les champs de canne et des habitations ont obstrué les drains naturels. Les travaux en vue de remédier à cette situation devraient débuter à 15 h 30. Ce projet nécessite Rs 20,5 millions. « Nous croyons en une politique de vérité. C’est pour cela qu’aujourd’hui nous avons convoqué les conseillers de village pour ce matin », a soutenu le ministre des TIC Tassarajen Pillay.
Par ailleurs, bien avant cette catastrophe, ils avaient déjà travaillé sur les détails pour la construction des drains. « Detail design, sa ousi ti deza fer », soutient le vice-Premier ministre. Toutefois, dit-il, la concrétisation de ce projet avait accusé du retard.
Par ailleurs, le ministre du Logement et des Terres Abu Kasenally fait appel au bon sens des Mauriciens. « Frizider, plastik nek zet dan larivier. Li bien malere. Dimoun bizin santi zot conserne par lanvironman. Ena pa swiv prosedir nek konstrir ilegalman lor drin. Zot dir pa fer nanye nek pey enn ti lamann. Bizin fer enn pull out ek dimoun ki fer konstriksyon ilegal. Il faut plus de rigueur, de discipline et de compréhension », a souhaité le ministre du Logement et des Terres.