Depuis plus de douze ans, soit exactement le samedi 25 janvier 2003, alors âgé de neuf ans, cet enfant de Camp-Chapelon, Pailles, est porté disparu dans des circonstances qui n’ont pu être élucidées jusqu’ici. Mais, depuis hier, un faible espoir semble revenir sur la base d’une information à l’effet qu’Ackmez Aumeer, aujourd’hui âgé de plus de 21 ans, aurait effectué un appel à un de ses proches. La teneur de cet échange est qu’il se trouverait dans l’Est de l’île.
Sur la base de cette indication, le Central CID a mobilisé une escouade de limiers en vue d’effectuer des battues dans cette région de l’île pour obtenir confirmation de cet élément d’information. D’importants moyens ont été déployés dans la nuit d’hier, car la police ne voulait laisser rien au hasard dans l’un des plus importants Cold Cases. Car, à ce jour, aucun suspect n’a été appréhendé et aucune piste n’a pu mener au moindre indice.
A hier soir, la police se montrait extrêmement prudente avec la seule confirmation qu’une « opération a été montée en vue d’obtenir confirmation de certaines informations ». Outre des membres du CID engagés sur le terrain, des membres du corps d’élite de la force policière, le Groupement d’Intervention de la Police Mauricienne (GIPM) étaient en opération dans la région de Poste-de-Flacq, alors que d’autres sources également affirmaient que Bel-Air était également concerné en début de soirée. Toutefois, vers les 21 heures, toute l’opération policière a été Called Off faute de confirmation des indices sur le terrain.
Force est de constater qu’à pareille époque il y a trois ans, soit au début de novembre 2012, le père d’Ackmez Aumeer avait reçu un message SMS sur son téléphone cellulaire. L’auteur du message avait fait comprendre aux parents que le disparu était soi-disant sous son contrôle et qu’il était disposé à le laisser rejoindre sa famille librement. Deux suspects avaient été interpellés lors de cette enquête policière avant d’être remis en liberté.
Après l’échec de l’opération d’hier, des questions se posent au sujet de la coïncidence de la période de novembre 2012 pour le SMS et de novembre 2015 pour l’appel téléphonique. Du côté de la famille, surtout de la mère Nazleen Aumeer ces épisodes sont vécus de manière cruelle. Les événements de ce samedi 25 janvier 2003 ne se sont pas encore cicatrisés.
Ce jour-là, le petit Ackmez Aumeer jouait sur le terrain vague d’à côté de son domicile en compagnie de son petit frère, Adjabeel, qui doit être âgé de 16 ans aujourd’hui. A un certain moment, Ackmez Aumeer s’était retrouvé seul vu que son petit frère était parti à la maison pour chercher du pain et de l’eau. Il était vers les 10 heures quand le petit garçon, avec le pain dans sa main, était  retourné voir sa maman pour lui dire : « Mo népli truv Bhye (son grand frère). »
Depuis, aucune trace et aucun signe de vie d’Ackmez Aumeer avec toutes les spéculations permises quant aux circonstances et aux raisons de cette disparition mystérieuse, dont la piste non écartée de Mistaken Identity dans une affaire de règlement de comptes…