Moment historique lundi dernier lorsque les deux Corées ont présenté une candidature conjointe pour l’inscription de la lutte coréenne

La 13e session du comité intergouvernemental de sauvegarde du patrimoine immatériel a pris fin hier au SVICC. Environ 750 délégués ont participé à des débats autour de la sauvegarde du patrimoine intangible. Après la cérémonie d’ouverture dimanche dernier à l’hôtel Maritim en présence du Premier ministre, Pravind Jugnauth et de la directrice générale de l’UNESCO, Audrey Azoulay, les 750 délégués venant de 127 pays ont, durant toute la semaine, examiné des dossiers et apporté des amendements paragraphe par paragraphe aux propositions d’Azerbaïdjan pour inclure la danse du karaba sur la liste du patrimoine immatériel de l’UNESCO.

Ce dossier a fait l’objet de vifs échanges entre le représentant d’Azerbaïdjan et celui d’Arménie. Le ministre des Arts et de la Culture, Pradeep Roopun, qui préside le bureau de la 13e session du comité intergouvernemental a proposé que le dossier soit examiné à fond. Moment de grande émotion jeudi lorsque, sur les notes de la chanson « One Love » de Bob Marley », le reggae a été inscrit sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité. L’île Maurice était l’un des pays à avoir soutenu le dossier présenté par la Jamaïque, représentée par Olivia Grange, ministre de la Culture de la Jamaïque.

Moment historique au SVICC lundi à l’ouverture des travaux, où le comité intergouvernemental de sauvegarde du patrimoine culturel immatériel a décidé d’inscrire la lutte traditionnelle coréenne, le ssirum/ssireum sur la liste représentative du patrimoine culturel de l’humanité. La République de Corée du Sud et la République populaire démocratique de Corée du Nord avaient initialement présenté leur candidature séparément pour cette pratique.

Suite à une proposition d’Audrey Azoulay, les deux Corées ont décidé de présenter une candidature conjointe et la candidature a été acceptée à l’unanimité après l’acclamation générale de l’assistance. Le ministre Pradeep Roopun a annoncé officiellement que « nous décidons d’inscrire la lutte coréenne, ssirum/ssireum sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité par acclamation à l’unanimité ». Audray Azoulay a déclaré que cette inscription conjointe constitue un pas hautement symbolique sur le chemin de la réconciliation intercoréenne.

Le Comité de sauvegarde du patrimoine culturel immatériel a aussi inscrit sept éléments sur la liste du patrimoine nécessitant une sauvegarde urgente, dont les savoirs et savoir-faire des mesureurs d’eau des foggaras ou aiguadiers de Touat-Tidikeit en Algérie, les danses collectives traditionnelles du Nakhitcheyan en Azerbaidjan, le Ikhon Khol de Wat Svay Andet au Cambodge, les marionnettes à gants traditionnelles d’Egypte, l’Enkipaata, l’Eunoto et l’Oingesherr, trois rites des passage masculins de la communauté masaï au Kenya, la Suri Jagek (observation du soleil) au Pakistan, le théâtre d’ombres de la République arabe syrienne.