Parmi les préoccupations indiennes, figure en bonne place la possibilité que Maurice soit utilisée comme une importante plateforme pour éviter l’impôt sur ??les investissements par des sociétés indiennes dans leur pays. Le Premier ministre indien Manmohan Singh et son homologue Mauricien Navin Ramgoolam, en visite officielle depuis lundi en Inde avec son épouse, ont agréé aujourd’hui, mardi, à la conclusion rapide d’un accord visant à lutter contre cette menace.
Les deux dirigeants ont examiné l’état des négociations sur la variation éventuelle de l’accord de la non-double imposition (DTAA) entre l’Inde et Maurice au cours de leurs entretiens à  New Dehli.  Ils ont demandé aux fonctionnaires des deux pays d’avancer rapidement dans leurs discussions à cet égard.
La question de la DTAA figure en bonne place sur un agenda, comprenant  plusieurs autres sujets des pourparlers entre Singh et Ramgoolam, qui inclue la coopération bilatérale, la sécurité et l’amélioration des liens économiquesentre nos deux pays.
L’Inde a annoncé un nouveau package économique pour Maurice constitué d’une ligne de crédit de 250 millions de dollars et une subvention de 20 millions de dollars. Cinq accords ont également été signés couvrant les domaines de l’éducation, du textile, du sport, des sciences et de la technologie.
Dans une déclaration à la presse après les entretiens, le PM indien Singh a déclaré que les deux dirigeants ont examiné l’état de la mise en oeuvre de la Convention révisée de la DTAA.
« L’Inde et Maurice ont intérêt à s’assurer qu’il n’y a pas de détournement de la Convention, » a-t-il dit, ajoutant que « nous sommes heureux que le Groupe de travail mixte sur cette convention a repris ses travaux et a tenu une réunion récemment à Port-Louis en Décembre 2011. »
Il a déclaré que les deux dirigeants ont demandé aux fonctionnaires de poursuivre leur travail « en vue de trouver une solution mutuellement acceptable et satisfaisante aux questions qui nous concernent au plus tôt« .
Dans une déclaration conjointe les deux parties ont confirmé: «Nous sommesconvenus de poursuivre les discussions très bientôt en vue de parvenir à un accord mutuellement acceptable. »
(source: Times of India)