« La prévention de l’usage précoce de la drogue n’est pas seulement l’une des principales priorités nationales, mais représente aussi l’un des défis les plus pressants de notre pays ». C’est ce qu’a déclaré le Premier ministre, Pravind Jugnauth, ce jeudi 10 mai à l’ouverture d’un atelier de travail sur le programme de prévention de l’usage des drogues, en collaboration avec la United Nations Office on Drugs and Crime (ONUDC) et Cim Group.

Ce programme de prévention a pour objectif d’aider les jeunes à acquérir des connaissances et à comprendre les conséquences de l’abus de drogues. Il constituera ainsi un des outils qui contribuera à réduire le risque d’abus de drogues parmi les jeunes.

« Tout le monde connaît le combat que nous menons contre les trafiquants de drogue », a déclaré le chef du gouvernement. « Mais nous devons également mettre l’emphase sur la prévention et les traitements. La prévention est un composant extrêmement important, surtout lorsqu’il s’agit des plus jeunes. Ils n’ont pas tous la même expérience ou la même manière de réfléchir que leurs ainés. Donc c’est important qu’au niveau de l’éducation, nous les préparons à pouvoir dire non à la drogue. Ils seront alors mieux armés pour avoir une vie beaucoup plus saine, leur permettant de ce fait d’évoluer dans les meilleures conditions. »

En ce qu’il s’agir du Drug Master Plan, le Premier ministre a affirmé avoir d’ores et déjà reçu un premier “draft”, soulignant que certaines réflexions ont déjà été faites. « Le rapport mondial sur les drogues 2017 rédigé par l’ONUDC montre clairement qu’il y a beaucoup de travail à faire. Nous n’aimons pas faire les choses à la légère. Le travail est toujours en cours. Nous le finaliserons afin de mettre ses recommandations en application, » a t-il soutenu à l’hôtel Labourdonnais.