Le ministre des Coopératives, Jim Seetaram, s’est prononcé pour la création d’une coopérative pour les artistes lors d’un atelier sur les Creative Industries-Benefits for the SMEs in the field of Cultural Industries, ce matin, au Gold Crest Hotel. Le ministre des Arts et de la Culture, Mookhesswur Choonee, présent lors de cet atelier, a parlé de sa vision d’agrandir la communauté des artistes et souhaité que le terme d’« artrepreneuriat » figure dans le lexique pour que Maurice devienne un « hub culturel de la créativité ».
Jim Seetaram s’est dit heureux d’avoir pu regrouper sous un même toit la famille des artistes. « Je salue l’effort et l’esprit d’ouverture du ministre de la Culture, Mookhesswur Choonee, pour donner plus de facilités aux artistes. Les artistes doivent être plus créatifs et promouvoir l’art en s’inspirant de tout ce qui les entoure. L’artiste doit être placé dans la conjoncture actuelle. » Il a ainsi proposé aux artistes de se regrouper en une coopérative « qui permettra à l’artiste de progresser dans sa vie professionnelle ».
Faisant ressortir qu’il devenait de plus en plus difficile pour un artiste d’avoir un prêt bancaire, il est d’avis qu’il serait temps pour les artistes de manifester leur solidarité. « Je propose aux artistes de se rejoindre dans une société coopérative. Chaque mois le SMEs and Cooperatives Market vous donnera la possibilité de participer à des grandes foires ». Il a aussi fait mention de la mise sur pied d’une mutuelle pour les artistes. « Si 50 artis mett Rs 100, lor enn mwa fini gagn Rs 5 000. Sela kapav ed zot demar zot proze san okenn traka labank ». Jim Seetaram devait aussi donner l’assurance que les produits « Made in Mauritius » seraient protégés.
Pour Mookhesswur Choonee, il serait grand temps d’accorder un large espace à la création. « Nous voulons rassembler la grande famille des artistes sous une nouvelle enseigne « d’artrepreneurs » ». Le ministre de la Culture a parlé de son souhait de faire de la créativité artistique un pilier de l’économie. « Le public doit avoir accès au White Paper pour comprendre notre vision d’ici à 2025. On ne peut aller au-delà de cette date, car l’art n’est pas statique. Notre rôle au ministère est d’encadrer les artistes qui font face à pas mal de problèmes. Avec le ministère des Coopératives et celui de la Culture, on veut apporter un nouveau souffle. »
Faisant mention du Film Rebate Scheme, avec 30 % de grant offert aux producteurs locaux et étrangers, le ministre de la Culture a trouvé dommage que la demande vienne plus du côté des étrangers. Il a aussi rappelé que la Right Management Society allait bientôt remplacer la Mauritius Society of Authors (MASA). « Nous allons mettre en place une plateforme numérique pour montrer au monde la création de nos artistes. Nou anvi montre tou artis kouma kree enn bidze ».