Alan Ganoo

À la question d’Alan Ganoo sur l’usage du kreol à l’Assemblée nationale, Ivan Collendavelloo s’est contenté de donner la même réponse que l’année dernière.

Ivan Collendavelloo a d’abord fait ressortir que le 27 mars 2018, le Premier ministre, Pravind Jugnauth, avait évoqué plusieurs aspects à considérer avant l’introduction du kreol à l’Assemblée. Il a cité, entre autres, la maîtrise de la langue par rapport aux transcriptions. Il a par la suite parlé longuement sur l’enseignement du kreol morisien dans les écoles, depuis 2012 et son introduction au collège en 2018. Il a indiqué que le nombre d’enfants étudiant le kreol morisien est passé de 17 305 en 2017 à 18 102 en 2019. De plus, a-t-il dit, le gouvernement a recruté des enseignants de kreol morisien pour le primaire aussi bien que pour le secondaire.

Pour ce qui est de son utilisation à l’Assemblée, a-t-il ajouté, la transcription se fait selon le Digital Reading System, qui transcrit automatiquement le son en texte, en anglais et en français. Il n’y a pas de disposition pour le kreol morisien pour le moment. « Il faudra développer un système pour cela. De même, il faut une standardisation de la langue et le personnel de la section Hansard de l’Assemblée devra être formée à l’écriture du kreol morisien afin que la langue soit reconnue par le programme », a-t-il fait ressortir. Il a ajouté que les amendements nécessaires aux règlements de l’Assemblée seront apportés lorsque tout ceci sera prêt.

Alan Ganoo n’a pas manqué de souligner que cette réponse est la même que celle donnée par le Premier ministre il y a deux ans. « Ma question est de savoir s’il y a eu des mesures pratiques et techniques qui ont été prises. Est-ce qu’il y a un “time frame” qui a été identifié pour que tout ceci soit fait ? Surtout que le gouvernement n’a que six mois devant lui. »

Ivan Collendavelloo a répondu qu’il était difficile de donner un “time frame” étant donné les aspects techniques. Alan Ganoo a demandé si la formation du personnel de l’Assemblée a été envisagée. Le PM suppléant a répondu qu’il n’a pas pris connaissance de cela. Adrien Duval a, lui, demandé pourquoi ne pas introduire un sous-titrage en kreol morisien de la retransmission à la télévision, surtout pour le journal en kreol. Ce qui permettrait à un grand nombre de personnes de comprendre ce qui se passe. Ivan Collendavelloo a répondu que c’est un sujet à discuter avec la Speaker et qu’il y avait des éléments par rapport au “Standing Order” à respecter.