La tranche parlementaire des questions au Premier ministre a été assez houleuse à la mi-journée aujourd’hui, et ce suite à un commentaire du Premier ministre en direction du Whip de l’opposition, Rajesh Bhagwan. Après avoir répondu à une interpellation supplémentaire du député mauve, sir Anerood Jugnauth aurait ainsi signifié au député, en créole, de se taire. Ce dernier, tout en déclarant son respect pour le Premier ministre, devait tout de suite protester auprès de la Speaker : « I will never “bous mo lagel”. » Quant à la question qui devait dominer toute l’attention lors de cette session, à savoir les « dérapages » du ministre de la Santé, Anil Gayan, au regard des patients sous méthadone et son éventuelle révocation, le Premier ministre a indiqué qu’il n’y a « aucune raison pour le ministre de step down ».
Tout en reconnaissant que l’ONG PILS lui a en effet adressé une lettre pour demander la révocation du ministre de la Santé, Anil Gayan, suite à une déclaration faite par le ministre à l’égard des patients sous traitement de méthadone, le Premier ministre a déclaré que le principal concerné lui a expliqué « qu’il s’agissait simplement d’une boutade et qu’il n’avait aucune intention de blesser quiconque ». Selon SAJ, cette déclaration a été « blown out of proportion ». Ce qui a amené le Leader de la Chambre à cette conclusion : « Je pense donc qu’il n’y a aucune raison pour lui de ‘step down’». Le ministre, devait ajouter SAJ, n’a commis aucune entorse à sa fonction. Il a rappelé que le ministère a annoncé de nouvelles stratégies pour donner la chance aux patients susmentionnés de réintégrer la société. Il a par ailleurs rappelé que dans un esprit de collaboration, le ministre a eu une session de travail avec le président de PILS en vue de discuter des collaborations entre le ministère et l’ONG.
SAJ a par ailleurs indiqué que des experts mèneront une évaluation complète sur l’efficacité de la thérapie par méthadone avant de venir avec des recommandations.
Dans une interpellation supplémentaire, le député Bhagwan à qui revenait cette question, a interpellé le Premier ministre à l’effet s’il comptait demander au ministre de la santé de revenir à la thérapie par méthadone. SAJ devait répondre : « All these things have been taken care of ». Pour le leader de l’Opposition, Paul Bérenger, « ce que le ministère propose perturbe complètement le système de même que la confidentialité. Le ministre a rencontré le directeur de l’UN Aids qui a loué les deux programmes, dont celui par méthadone. Est-ce que le Premier ministre demandera de retourner à la méthadone le temps que l’évaluation soit terminée et de là, à tête reposée, on apportera des changements ? ». Paul Bérenger devait toutefois être repris par la Speaker, qui devait lui rappeler que le sujet de la question était la révocation éventuelle du ministre et que le PM ne pourrait répondre à une question concernant le ministère de la Santé. À son tour, le député mauve Reza Uteem devait suggérer un code de conduite pour les ministres. Mais SAJ devait ironiquement murmurer une phrase pas très audible, se terminant par «… for the other side ».
Autre question du député Rajesh Bhagwan, aujourd’hui, et qui devait faire monter la tension au sein de l’hémicycle : le rapport intérimaire sur la Commission d’enquête sur les courses hippiques. Le député voulait savoir du Premier ministre si le Secretary for Home Affairs avait reçu une copie du rapport soumis par l’ex-président de la République. Le PM devait indiquer que son ministère a déjà fait le nécessaire pour mettre en oeuvre les recommandations et que donc la question n’avait pas lieu. Le whip de l’Opposition devait lui faire part que dans le rapport, il y a des recommandations urgentes concernant les tricheries au MTC. SAJ de lui répondre : « Nous agissons selon les recommandations du rapport final. » Le député du MMM de demander encore si le PM ouvrira une enquête sur des officiers seniors au sein du PMO qui seraient très proches du MTC. « Je n’ai jamais senti la nécessité d’initier une telle enquête » répondra SAJ. Bhagwan de poursuivre avançant que des jockeys seraient eux-mêmes propriétaires de chevaux. Le PM répond que « we can’t do everything in one go ». C’est là que le chef du gouvernement aurait proféré un commentaire à l’encontre du député qui devait vivement protester auprès de la Speaker : « Madame, je respecte l’honorable Premier ministre mais si le PM me dit de ‘bous mo lagel’, I will never ‘bous mo lagel’ ».
La Speaker devait calmer l’atmosphère avant de demander à Bhagwan s’il comptait soulever un ‘point of order’. Celui-ci devait alors dire : « Je demande au PM de retirer ce qu’il a dit ». La speaker au PM : « Honorable Premier ministre, avez-vous dit ces mots ? ». SAJ de répondre : « I asked him to shut up ».
Alors qu’on enchaînait avec la question suivante, le député Reza Uteem devait interpeller la Speaker en lui disant que le PM semblait ne pas avoir entendu ce qu’elle avait demandé, soit de retirer ses mots. La Speaker de lui répondre : « C’est ma décision. Je lui ai dit s’il pensait qu’il avait dit ces mots, de les retirer. »