La Commission d’enquête sur les courses hippiques a déjà complété son travail et finalise actuellement son rapport, lequel devrait être rendu public avant le début de la saison hippique 2015. C’est ce qu’a indiqué le Premier ministre, sir Anerood Jugnauth (SAJ), au Parlement aujourd’hui lors de la tranche des questions adressées au Premier ministre (PMQT). Il a par ailleurs été question de la Commission nationale des Droits humains et du nombre de demandes de révisions reçues auprès de cette instance pour une nouvelle enquête en vue d’un appel pour un autre procès. Le Premier ministre a indiqué que deux demandes ont été reçues en ce sens.
La commission d’enquête sur les courses hippiques a reçu la visite de deux commissaires de l’étranger pour les besoins des tâches qui lui incombaient. Répondant à cette question, sir Anerood Jugnauth a précisé que son gouvernement est « entièrement déterminé à lutter contre la mafia ». Le député mauve Rajesh Bhagwan a, à ce sujet, estimé que l’un des problèmes « avec la mafia » dans les jeux, est « la manière d’opérer de la Gambling Regulatory Authority (GRA) ». Il a ainsi demandé au Premier ministre de s’assurer qu’il n’y ait personne de la GRA qui soit liée directement ou indirectement aux accusés.
Quant à la National Human Rights Commission (NHRC), le Premier ministre a indiqué que l’Human Right’s Act, amendée en 2013, requiert qu’une enquête soit menée s’il y a « sufficient fresh and compelling evidence to refer the convition to the court of appeal for review ». Et d’ajouter que deux demandes en ce sens ont été reçues à la NHRC. L’enquête pour la première demande est en cours et devrait être complétée cette année alors que, pour la deuxième, des informations additionnelles sont en cours de compilation. Le député du MMM Reza Uteem, à qui revenait cette question sur la NHRC, a rappelé au Premier ministre une déclaration qu’il avait faite auparavant et selon laquelle « fresh and compelling evidence » est « un exercice complexe, ce qui explique que cela prend du temps ». Il a ainsi demandé au PM s’il comptait venir de l’avant avec un amendement pour aider les personnes estimant avoir été accusées à tort. Sir Anerood Jugnauth a répondu qu’il « y a déjà eu un amendement », ajoutant : « Nous attendrons les résultats et nous verrons ce qui se passe. » Le leader de l’opposition, Paul Bérenger, a pour sa part exposé au Premier ministre que certains proches des personnes concernées envisagent d’en recourir au Privy Council, lui demandant ainsi si le gouvernement comptait les aider en ce sens.
Une autre question, dont les réponses étaient très attendues, a fait des déçus et suscité l’hilarité chez certains. En effet, le Chief Whip Mahen Jhugroo avait voulu connaître le nombre de missions à l’étranger effectuées par l’ancien Premier ministre de juillet 2005 à 2014, de même que les pays visités, la composition des délégations et les dépenses encourues pour les billets d’avion, ainsi que les dépenses quotidiennes à l’étranger et autres allocations. Sir Anerood Jugnauth devait calmement répondre que les informations sont en cours de compilation et seront transmises à l’Assemblée nationale. Des éclats de rires devaient néanmoins se faire entendre, suivis de commentaires comme « ena tro boukou ».
Une autre question de Mahen Jhugroo devait recevoir des réponses menues du Premier ministre, à savoir les perquisitions effectuées dans le cadre de l’affaire Ramgoolam?; le contenu des pièces à conviction saisies?; le montant du butin saisi et les charges retenues contre lui. S’agissant des pièces à conviction saisies, le PM a indiqué qu’il ne serait pas approprié de révéler des faits à ce sujet. Et concernant des charges retenues, il a rappelé ce que le public savait déjà, à savoir que des charges provisoires de complot et de blanchiment d’argent ont été retenues contre l’ex-PM. Une question supplémentaire de Mahen Jhugroo a déclenché des éclats de rire, lorsqu’il a cherché à savoir combien de tablettes de stimulants sexuels il y avait dans la mallette et si c’était conforme aux règlements du Pharmacy Board.
Répondant à une question de Shakeel Mohamed sur la Force policière, SAJ a indiqué que du 10 décembre à février 2015, 781 officiers de la Police ont été transférés. « C’est la prérogative de la Police de procéder à cet exercice en vue d’assurer un service de qualité », selon SAJ. Depuis le 10 décembre 2014, aucun officier de police n’a été « demoted », ajoute-t-il. En revanche, certains ont été promus. « Du 10 décembre 2014 au 28 février 2015, un officier a été promu Deputy Commissionner of Police ; 3 chefs inspecteurs ; 21 ont été promus à des responsabilités plus importantes et un au National Security Service ». Shakeel Mohamed a demandé au PM si c’était aussi la prérogative de la Police de « demote » des officiers qui étaient responsables de la sécurité de ministres et ex-premier ministre. Pour toute réponse, SAJ l’a renvoyé à ce que « dans son gouvernement le PM le faisait ».
Le leader de l’Opposition, Paul Bérenger, a demandé au PM s’il a déjà été consulté au sujet du prochain commissaire de police. Le PM a répondu : « pas encore. Mais, selon ce que j’ai compris, c’est le prochain en seniority qui le remplacera ».