Entre janvier 2010 et novembre 2015, il y a eu quatre cas rapportés d’interruption illégale de grossesse chez les jeunes filles de moins de seize ans alors que depuis la promulgation de la nouvelle loi sur l’avortement, treize cas d’avortement dans des cas spécifiques ont été enregistrés dans les hôpitaux. C’est ce qu’a indiqué le Premier ministre par intérim, Xavier-Luc Duval, ce matin, lors de la Prime Minister’s Question Time (PMQT). Par ailleurs, lors de cette tranche de questions, le Premier ministre par intérim a répondu que des VIPs se sont effectivement fait accompagner par des policiers de la VIPSU durant leur séjour privé à l’étranger.
De janvier 2010 au 20 novembre 2015, quatre cas d’interruption illégale de grossesse concernant les jeunes filles de moins de seize ans ont été enregistrés à la police. C’est la réponse apportée par Xavier-Luc Duval au député Sudhir Sesungkur. Selon le PM par intérim, dans deux des cas, le Directeur des Poursuites publiques « has advised no further action ». Quant à un autre cas, le jugement de la Cour est attendu. Suivant la promulgation de la nouvelle loi en octobre 2012, treize interruptions de grossesse dans des cas spécifiques ont été pratiquées dans les hôpitaux. Selon le Premier ministre par intérim, la situation est suivie de près et des travaux de sensibilisation sont effectués dans les établissements scolaires. Le leader de l’opposition, Paul Bérenger, a voulu, dans une interpellation supplémentaire, connaître le nombre d’avortements illégaux ayant mal tourné. Le Premier ministre par intérim a répondu qu’il n’avait pas les chiffres recherchés.
Auparavant, le député de l’opposition Raffick Sorefan avait cherché à savoir si de 2005 à ce jour, des VIPs se sont fait accompagner de policiers de la VIPSU lors de leur séjour privé à l’étranger. Xavier-Luc Duval a répondu par l’affirmative, précisant que lui ne l’a pas fait mais qu’il y a eu effectivement de tels cas.
Suite à une question du député du MMM Rajesh Bhagwan, Xavier-Luc Duval a indiqué que la force policière de Maurice dispose de 52 chiens dont 18 chiens renifleurs et qu’à présent, selon les informations du commissaire de police, le besoin pour davantage de chiens ne se fait pas sentir même si une considération y sera donnée pour une augmentation, notamment, dans la lutte contre la drogue. Le whip de l’opposition a alors demandé au PM par intérim comment il réconcilie le fait que « le chef de l’ADSU se plaint d’un manque de chiens renifleurs ». Xavier-Luc Duval a répondu qu’il n’était pas au courant. À la question de savoir s’il est prévu que ces chiens soient formés à l’étranger, Xavier-Luc Duval a indiqué que certains l’ont déjà été en Angleterre et en France, entre autres.
Le même député mauve a posé une autre question sur les motos de la police, précisément sur les modèles avec selle basse « causant de sérieux problèmes de santé » à leurs conducteurs. Xavier-Luc Duval a indiqué qu’effectivement, il y a eu plusieurs plaintes à ce sujet et que la police ne fera plus acquisition de telles motos. Deux exercices d’appels d’offres ont été menés jusqu’ici pour de nouvelles acquisitions. Il a indiqué que les motos à selle basse sont au nombre de 54. Rajesh Bhagwan a estimé que les « courageuses femmes policières » méritent des motos efficaces.
Le député Sorefan, dans une autre question, a demandé au PM par intérim de quels corps para-étatiques et gouvernementaux l’ancienne Secrétaire permanente au Bureau du Premier ministre, Kanlidee Bhanji, était-elle un Board member. Xavier-Luc Duval a indiqué qu’elle était membre du Board de la SBM et de la Mauritius Post and Cooperative Bank. Le député devait demander au PM par intérim s’il était au courant que ladite personne s’était auto-promue de la classe économie à la classe Business lors d’un de ses voyages et si elle était éligible à cela. XLD a indiqué ne pas détenir de telles informations. Le député a alors demandé s’il était au courant qu’elle avait « upgraded » 500 Passagers. « Je n’ai aucune idée si une telle information est correcte ou pas », a répondu Xavier-Luc Duval.
Une autre question au sujet de la construction des drains par la NDU à travers la Emergency Procurement Method en 2013 a obtenu des réponses limitées. Xavier-Luc Duval a rappelé que cette affaire faisant actuellement l’objet d’une enquête policière, il ne serait pas approprié de divulguer des informations. Mais, sur l’insistance du député qui devait arguer que la question avait davantage trait aux finances de ces projets – il a demandé si six projets avaient démarré sans l’approbation du ministère des Finances –, Xavier-Luc Duval a indiqué qu’effectivement, le Grand Argentier avait attiré l’attention du ministère des Infrastructures publiques à ce sujet. Le député Sorefan a d’autre part demandé au PM par intérim s’il était au courant que le coût de sept projets de février à mai 2013 a dépassé la somme dans le contrat. Xavier-Luc Duval devait de nouveau invoquer l’enquête policière comme raison empêchant d’y répondre.