Au cours de ces deux dernières années, 36 décès liés à l’usage de drogues ont été enregistrés, mais on n’a pu établir s’il s’agissait de drogues synthétiques. C’est ce qu’a répondu le Premier ministre, sir Anerood Jugnauth, au député Aadil Ameer Meea. De juillet 2014 au 4 août 2016, 306 arrestations pour possession de drogues synthétiques ont eu lieu.
Pour cette même période, 316 cas liés à la drogue synthétique ont été enregistrés. Toutefois, il n’y a eu que 306 arrestations. Parmi, 22 personnes ont dû payer des amendes, un attend la décision de la cour, tandis que l’enquête se poursuit pour les autres.
Le Premier ministre a précisé qu’au cours des deux dernières années, 36 décès liés à la drogue ont été enregistrés. Toutefois, a avancé sir Anerood Jugnauth, il n’y a « aucune preuve scientifique » qu’il s’agissait de drogue synthétique. Au député Zouberr Joomaye de demander si le Forensic Science Laboratory était équipé pour identifier les drogues synthétiques. Le Premier ministre a répondu qu’il y a eu plusieurs jeunes décédés ces derniers temps, mais que les médecins n’ont pu déterminer si l’usage de drogues synthétiques était en cause. Reza Uteem a fait ressortir que plusieurs substances utilisées pour leur fabrication ne sont pas reconnues comme étant illégales. Il a ainsi demandé si la liste des produits illicites pouvait être revue.
Pour sa part, le député Osman Mahomed a questionné comment le ministre de la Santé, Anil Gayan, peut déduire que la situation n’est pas alarmante. « Si c’est comme ça, on pourrait aller jusqu’à dire qu’il n’existe pas de trafiquant de drogue dans ce pays », a-t-il ironisé.