Le Premier ministre a affirmé que la Dangerous Drug Act sera amendée pour couvrir les drogues synthétiques, qui ont pris de l’ampleur, affectant notamment de jeunes collégiens. Sir Anerood Jugnauth a donné cette réponse dans le cadre d’une interpellation du député Adil Ameer Meeah, qui voulait savoir le nombre d’arrestations effectuées depuis le début de l’année et le nombre de décès rapportés à la police en lien avec la consommation de ce type de drogues. Le Premier ministre a révélé que, selon les renseignements obtenus de la police, le nombre d’arrestations s’élève à 79 alors que le nombre de décès à la suite d’overdose s’élève, lui, à 21.
Le Premier ministre s’est longuement appesanti sur les mesures qui sont prises par la police pour combattre  le trafic de drogue. Il a rappelé qu’une commission d’enquête a été instituée pour étudier toute la question. Invité à dire si les travaux de ladite commission ont commencé, le Premier ministre a affirmé que ce sera fait « incessamment ». Ce retard résulte du fait que le président de la commission n’était pas au pays et vient de rentrer récemment. A une question de la députée Malini Seewocksing, qui voulait savoir si le Premier ministre comptait amender la DDA pour inclure les drogues synthétiques, sir Anerood Jugnauth a répondu par l’affirmative. Sur la question, Paul Bérenger a demandé au Premier ministre, « vu l’urgence de la situation », de ne pas attendre les recommandations de la commission d’enquête pour amender la DDA. Le Premier ministre a accepté la proposition, affirmant que l’amendement n’attendrait effectivement pas la fin des travaux de la commission d’enquête.
Les députés Ganoo et Jhuboo ont ensuite demandé au Premier ministre si les drogues en question étaient fabriquées dans des laboratoires locaux. Et l’intéressé de répondre que la loi sera appliquée « dans toute sa sévérité », et ce que les drogues incriminées soient fabriquées localement ou non. Le Chief Whip a pour sa part demandé au Premier ministre de confirmer que l’ancien Premier ministre n’avait « pas la volonté de combattre le trafic » de drogue. À la suite de quoi sir Anerood Jugnauth a répondu : « Je ne m’intéresse pas à lui, même s’il affirme qu’il est le plus fort. »