La création d’un couloir aérien entre Singapour et Maurice fait partie des stratégies du gouvernement pour transformer Maurice en un aviation hub entre l’Afrique et l’Asie. C’est ce qu’a affirmé le Premier ministre sir Anerood Jugnauth lors du Prime Minister’s Question Time à l’Assemblée nationale aujourd’hui. Maurice devant agir comme passerelle entre les deux continents, la signature est de bon augure pour le commerce, les affaires et le développement économique du pays.
La signature d’un Memorandum of Understanding (MoU) entre Air Mauritius et le Singapore Changi Airport, selon SAJ, va propulser Maurice « to the next stage of growth ». Ce développement majeur permettra à Maurice d’explorer les perspectives de croissance très intéressantes entre l’Asie et l’Afrique et offrira de nouvelles opportunités à plusieurs secteurs de l’économie mauricienne. Comme devait le souligner le Premier ministre, l’aéroport de Changi est un des hubs majeurs du continent asiatique. Il n’a toutefois pas déposé une copie du rapport signé entre Air Mauritius et le Singapore Changi Airport, comme demandé par le député Reza Uteem car ces informations commerciales sont de nature sensible et confidentielle, dit-il. Maurice a par ailleurs signé des accords avec plusieurs pays de l’ouest et de l’est et signera bientôt un accord avec le Japon dans le cadre d’un code-sharing agreement.
Reza Uteem a par la suite demandé au PM si le gouvernement singapourien a offert la garantie qu’il acheminera ses passagers en partance pour l’Afrique vers Maurice. Le Premier ministre a répondu que cet aspect était encore au stade des discussions. Le député mauve est revenu à la charge avec une question supplémentaire axée sur la nécessité d’acheter de nouveaux appareils afin d’assurer les liaisons Afrique-Asie. Le Premier ministre a répondu qu’il faudra faire une évaluation quand le besoin se fera sentir.
À une question du Chief Whip, Mahen Jhugroo, concernant Lottotech et les jeux de hasard, le Premier ministre a révélé que la somme totale misée par les Mauriciens depuis l’entrée en opération de la Loterie Nationale en octobre 2009 s’élève à Rs 15,5 milliards. Rs 8 milliards ont été payés aux gagnants et Rs 3,7 milliards ont été remis au gouvernement en termes de taxes alors que le montant non-réclamé par les gagnants – qui s’élève à Rs 272 millions – a été versé au National Solidarity Fund (NSF).
Le Premier ministre a également révélé que les profits après taxes de Lottotech à fin septembre 2015 étaient de Rs 436 millions.