Le rapport du Pay Research Bureau (PRB), initialement prévu pour publication en octobre 2015, le sera finalement au premier trimestre 2016. C’est la réponse du Premier ministre, sir Anerood Jugnauth, à une question du député de l’opposition, Adil Ameer Meea, lors de la tranche de questions/réponses qui lui sont adressés. Une tranche par ailleurs marquée par des échanges bruyants après une question supplémentaire du député Shakeel Mohamed sur l’affaire “Belly Dancing”, l’opposition reprochant à la Speaker, Maya Hanoomanjee, de « ne pas avoir entendu » une remarque du Premier ministre visant Shakeel Mohamed, et portant sur l’affaire Gorah Issac.
Selon les explications qui ont été fournies au PM par le directeur du PRB, les raisons expliquant le retard de la publication du rapport du PRB tant attendu ont été « beyond control ». Selon le Premier ministre, les cadres du PRB sont en train de mettre les bouchées doubles pour compléter et publier le rapport en question dans les délais prescrits. Cependant, malgré que la date de publication soit avancée au premier trimestre de l’an prochain, SAJ a affirmé que les recommandations du rapport du PRB prendront bel et bien effet à partir du 1er janvier.
Le Whip de l’opposition, Rajesh Bhagwan, a par la suite interrogé le Premier ministre pour savoir si le retard de la publication dudit rapport pouvait être attribué au fait que plusieurs ministères et corps parapublics n’ont pas soumis leurs “records” à temps au PRB. Le Premier ministre a été quelque peu évasif dans sa réponse, affirmant : « We cannot say for sure but it may be one of the reasons. »
La tension est montée d’un cran lors de ce Prime Minister’s Question Time (PMQT) durant une question formulée par le chef de file du PTr au Parlement, Shakeel Mohamed, qui voulait savoir si les postes de police de Trou-Fanfaron, Roche-Bois et Plaine-Verte étaient en sous-effectif. Selon le Premier ministre, 56 et 60 officiers y sont respectivement affectés. Ce dernier a d’ailleurs ajouté que ces postes de police étaient « adequately staffed ». Selon lui, le déploiement de nouvelles ressources dans des postes de police dépend de plusieurs critères, tels le taux de criminalité ou encore le volume des activités commerciales dans la région. Shakeel Mohamed a ensuite interrogé le chef du gouvernement pour connaître le nombre de personnel requis par chaque poste de police, tels qu’ils ont officiellement été prescrits. SAJ a expliqué qu’il ne détenait pas la réponse. Le chef de file des rouges est revenu à la charge en formulant sa question de manière différente afin de connaître le chiffre minimum de policiers affectés dans les différents postes, ce à quoi le PM a répondu qu’il était « satisfait » du nombre de policiers dans les postes.
Le député du MMM, Adil Ameer Meea, a ensuite interrogé le Premier ministre pour savoir s’il était au courant que le poste de police de Plaine-Verte opérait sans un chef inspecteur. Les commentaires des deux côtés de la Chambre ont alors commencé à fuser, la Speaker rappelant à l’ordre les parlementaires : « I would not accept comments from sitting positions », devait-elle déclarer d’un ton ferme. Le Premier ministre, poursuivant sa réponse, devait affirmer : « It happens that the post remains empty until someone fits in… ». Ce qui devait provoquer une vive réaction du côté des membres du MMM, adressant un commentaire à l’effet que le poste serait vacant depuis un an. Veda Baladoomy, à son tour, s’est appesanti sur la « qualité » des officiers de police.
Le député Shakeel Mohamed est venu de l’avant avec une question supplémentaire au Premier ministre pour lui demander s’il était « satisfait » que les « dancing policeman » impliqués dans l’affaire “Belly Dancing” aient été transférés dans les postes de police de la circonscription où il a été élu. La question de député Mohamed a suscité des éclats de rire parmi la majorité, suivi d’un grand brouhaha, les commentaires fusant de toute part. La Speaker Maya Hanoomanjee a tenté d’instaurer le calme en rappelant à l’ordre plusieurs parlementaires, dont le Chief Whip Mahen Jhugroo.
Shakeel Mohamed devait soulever un “point of order” après un commentaire du Premier Ministre lors de ce brouhaha, que les membres de l’opposition ont qualifié de « unparliamentary », commentaire portant sur l’affaire Gorah Issac et visant le député Shakeel Mohamed. La Speaker, qui tentait de ramener le calme, devait déclarer ne pas avoir entendu les mots qui auraient été prononcés par le Premier ministre, engendrant une vive contestation de la part de l’opposition, des membres lançant en direction de la Speaker : « How come you dont hear ? ». La Speaker devait insister sur le fait qu’elle n’aurait pas entendu la remarque du Premier ministre. Le leader de l’opposition, Paul Bérenger, devait alors suggérer à la Speaker de réécouter les enregistrements. Le calme est finalement revenu après cet épisode.