La formule de représentation proportionnelle, avec le seuil d’éligibilité de 10 % proposé, constitue un macadam pour le Parti Mauricien Social Démocrate (PMSD). Réunissant la presse ce matin, Aurore Perraud, la chargée de communication, a signifié la position du parti sur la réforme électorale. Revenant sur la proposition de 5 % des bleus, cette dernière, évoquant le soutien du PMSD au Parti Travailliste (PTr) « même dans les moments difficiles », précise qu’une « alliance n’est pas inconditionnelle ». La rencontre prévue avec Jacques Panglose cette semaine « pour qu’il réintègre le parti » a été également évoquée.
« Une alliance « oui »… mais… à condition que… ». Relevant les propos de Xavier-Luc Duval, leader du PMSD, sur les relations au sein de l’alliance PTr-PMSD, Aurore Perraud, députée de la circonscription N° 4 (Port-Louis Nord / Montagne-Longue) a indiqué qu’une alliance a lieu « lorsqu’il y a un respect mutuel, avec une vision commune et un programme commun ». Répondant aux questions de la presse sur un éventuel rapprochement entre les rouges et le MMM, le PMSD déclare que cela ne le gênera pas « du moment qu’il y a un respect mutuel ». Fier du parcours réalisé par les bleus durant ses quinze dernières années, le parti dit soutenir une réforme qui privilégiera le pays « avant tout ».
Lors de son intervention, elle a énuméré les propositions du PMSD pour la réforme. Spécifiant l’élimination du Best Loser System, le PMSD estime que sa substitution devra donner place « à un meilleur système ou une structure aussi rassurante qui contribuera à la stabilité politique ». Et d’estimer qu’un seuil d’éligibilité au-delà de 5 % portera atteinte à la démocratie.
Concernant la démission de Jacques Panglose, un des plus anciens membres du PMSD, le parti a enclenché les pourparlers afin que ce dernier revienne sur sa position. D’ailleurs, une rencontre est prévue en ce sens cette semaine entre ce dernier, Mahmade Khodabaccus, secrétaire général du Parti et Maurice Allet, président du PMSD. Outre les conditions dans lesquelles a eu lieu cette démission (NdlR : le jour du Congrès du parti, dimanche dernier), le secrétaire général est convaincu que l’avocat reviendra à de meilleurs sentiments. « Xavier-Luc Duval ne pouvait annoncer la nouvelle position du parti sur la réforme électorale lors du Congrès alors que le Bureau politique n’était même pas au courant. Il fallait qu’il partage avec le BP les idées de Jacques Panglose avant de l’annoncer publiquement », estime Mahmade Khodabaccus. Le PMSD affirme souhaiter voir la mise en place d’une réforme qui placera en pôle position l’intérêt du pays.
Aurore Perraud est également revenu sur le succès du Congrès de dimanche. « C’était le meilleur congrès organisé depuis Sir Gaëtan Duval. Ce fut une réussite sur toute la ligne. Il y avait une grosse foule venant des quatre coins du pays pour écouter le message du leader », a-t-elle lancé. Et d’affirmer que ce rassemblement a agi comme un « boost-up » pour le parti qui se dit rassuré quant à l’avenir.