Le Parti Mauricien Social Démocrate (PMSD) a organisé sa conférence de presse hebdomadaire samedi à l’hôtel Le St-Georges. Son porte-parole, Lindsay Morvan, a notamment parlé sur l’affaire du Board of Investment, celle de Michaela Harte et sur le rapport de l’Audit. À une question du Mauricien, il a également dit que Navin Ramgoolam a fait un jeu de mots en disant qu’il voulait devenir un président de la République avec tous les pouvoirs.
Lindsay Morvan a commencé son intervention en parlant du rapport du directeur de l’Audit qui a dénoncé le gaspillage des fonds publics. Le responsable de la communication du PMSD a expliqué qu’il reconnaissait les manquements dans la gestion des ressources mais a souligné qu’il y a des contraintes qu’on ne trouve que dans le secteur public. Il a notamment fait allusion aux appels d’offres pour l’achat équipements ou pour les projets. « Dans le secteur privé c’est différent », a-t-il affirmé en disant que les procédures ne sont pas aussi longues.
Changeant de registre, Lindsay Morvan a avancé qu’un membre influent du Mouvement Militant Mauricien (MMM) pourrait être lié à l’affaire du Board of Investment (BOI). Le bureau de ce député mauve aurait été utilisé pour faire de faux documents dans cette affaire d’escroquerie. Le porte-parole du PMSD a demandé au leader du MMM des explications sur cette affaire. Il a également dit que le parti majoritaire de l’opposition fait de grands discours sur la représentativité féminine au parlement alors qu’il n’a donné que huit tickets à des femmes lors des dernières élections générales.
À une question du Mauricien, Lindsay Morvan a déclaré que le Premier ministre Navin Ramgoolam a fait une « boutade » en disant vouloir devenir président de la République avec tous les pouvoirs. Selon lui, ce jeu de mots doit être mis dans le contexte approprié. « Le Premier ministre commentait les procédures de l’Audit qui retardent les projets », a-t-il affirmé. Le responsable de communication a également fait ressortir que le délai dans le secteur public n’est pas un problème propre à Maurice car c’est la même chose dans tous les pays.
S’agissant du procès de l’Irlandaise Michaela Harte qui s’est fini avec l’acquittement d’Avinash Treebhoowoon et de Sandip Moneea, le porte-parole des bleus a déclaré qu’il respecte le verdict des Assises. Répondant à une question du Mauricien, il a expliqué qu’en ce qui concerne le tourisme, les effets ne seront pas dramatiques. « Cela n’empêchera pas les Britanniques de venir à Maurice », a-t-il dit.