Hier après-midi lors d’une conférence de presse, le leader du PMSD, Xavier-Luc Duval, a exhorté le gouvernement à revoir sa communication et à jouer la transparence sur le dossier du Metro Express afin d’éviter « une explosion sociale ». Le président du parti, Robert Palamy, s’est alarmé de la situation dans le port tandis que le candidat des bleus à la partielle au No 18, Dhanesh Maraye, a fait le point sur sa campagne et dénoncé le “bullying” dans les écoles.
« Pou evit enn dram imin, pou evit enn sitiasion revolt, nou demann gouvernma reget so kominikasion ek zwe la transparans. Nou pe riske enn explosion social », a prévenu Xavier-Luc Duval. Le leader des bleus a auparavant expliqué que certains de leurs responsables politiques sont sur le terrain avec les expulsés de La Butte et de Cité Barkly. « Guito Lepoigneur est à Barkly et Patrice Armance à La Butte pour soutenir la population », a-t-il indiqué.
« Koumansman mem nou di donn enn “warning” gouvernnma kot nou ti dir ki proze sa Metro Express-la pou deraye. Li pou deraye akoz linkonpetans – surtout de Nando Bodha – dan zestion sa dosie-la. Akoz osi presipitasion ek akoz mank transparans », a élaboré Xavier-Luc Duval.
La précipitation se traduit notamment par le fait que le gouvernement n’a nullement jugé important de demander une étude d’impact environnemental (Environmental Impact Assessment – EIA) du projet. Et le manque de transparence par le fait que le gouvernement a profité des vacances parlementaires pour ne pas donner de renseignements sur ce projet de métro. Tels sont les sentiments de Xavier-Luc Duval. « Li kler zordi ki, kan nou fin trouv later sede akoz enn konstriksion, ki La Butte se enn rezion instab », a-t-il ajouté.
« Le gouvernement n’a rien appris des leçons des fissures de la route Terre-Rouge/Verdun ou des problèmes d’étanchéité du Bagatelle Dam, où l’on n’a pas jugé bon de faire des études géotechniques au préalable. Et quel sérieux peut-on accorder à la firme Larsen & Toubro Ltd quand elle a accepté ce contrat de Metro Express sans faire ces études géotechniques avant ?? » s’est-il demandé. « Le comble, c’est que c’est maintenant que le gouvernement institue un comité, présidé par Ivan Collendavelloo, pour étudier les impacts sociaux de ce projet », a-t-il ironisé.
« Nou pe viv enn moment danzere pou nou pei ! Gouvernma bizin realize ki li extreman inpopiler ek ki lepep kapav pran exkiz sa bann lakaz ki pe kraze-la pou li revolte… Nou pale enn lot 1999. Gouverman pe al de lavan ek pe mank imanism », a observé Xavier-Luc Duval. « Avec un projet qui coûte un peu plus de Rs 18 milliards, le gouvernement aurait bien pu trouver quelques centaines de milliers de roupies pour venir avec un plan d’aide adéquat aux expropriés pour leur relogement et leur éviter ainsi ce traumatisme », a-t-il conseillé. « PMSD pa finn gagne ase ransegnma, me li paret ki enn “rapid bus transit” ti pou mie ki Metro Express an term finansman ek lozistik », a-t-il poursuivi.
Évoquant le sort des employés des compagnies d’autobus, le leader du PMSD a déploré qu’il n’y ait « aucun plan cohérent » pour eux. « Travayer transpor pe viv enn gran koler », a constaté le leader du PMSD. Xavier-Luc Duval a, d’autre part, parlé du « rôle social et économique important » des taxis marron à Maurice. « Li bon ki gouverma finn rekile lor lamann Rs 500 la. Me ti bizin al pli lwin, ti bizin regulariz-zot », a-t-il lancé. Dans ce contexte, il a aussi plaidé pour le covoiturage à Maurice. « Enn lot solision pou problem konzesion. »
Commentant par ailleurs le dernier sondage KANTAR TNS sur l’Indice de confiance des consommateurs mauriciens (voir plus loin), le leader des bleus a affirmé que ce document vient démontrer la déception des Mauriciens à l’action gouvernementale. « Lepep inn realize ki finn anbet li », a-t-il martelé. En effet, ce sondage affirme, entre autres, que le moral des ménages est au plus bas depuis les élections de 2014. « C’est une descente aux enfers pour le gouvernement », a indiqué Xavier-Luc Duval, tout en affirmant que « tous les indicateurs macroéconomiques et sociaux sont dans le rouge ».
Xavier-Luc Duval a aussi annoncé qu’il a rendez-vous lundi au CCID pour un complément d’enquête au sujet de sa plainte à la police relative aux menaces de mort du vice-Premier ministre, Showkutally Soodhun, contre sa personne. Évoquant l’affaire Alvaro Sobrinho, il a réclamé la suspension de tous les permis des compagnies offshore de l’investisseur.
Pour sa part, le président du PMSD, Rober Palamy, a tiré la sonnette d’alarme par rapport à la situation dans le port. « À la Gargo Handling Corporation Ltd, il n’y a plus de directeur depuis des mois. Cette compagnie a perdu son plus gros client, MSC, et la productivité est en constante baisse. Il existe une menace certaine sur la sécurité d’emploi des travailleurs », a-t-il prévenu. « Il y a un risque réel que le port de Port-Louis ne devienne un port secondaire au profit d’autres ports de la région, comme le port de Colombo, du Sri Lanka, de Tamatave (Madagascar) ou de Salalah (Oman) », a-t-il ajouté. « Nous demandons au gouvernement de rectifier le tir avant qu’il ne soit trop tard », a-t-il conseillé.
Le candidat du PMSD à la partielle au No 18, Dhanesh Maraye, a parlé de la campagne des bleus à Belle-Rose/Quatre-Bornes. « Nous sommes sur le terrain 24/7 et allons commencer des réunions ciblées », a-t-il annoncé. Dénonçant par ailleurs la violence et le “bullying” en milieu scolaire, Dhanesh Maraye a plaidé pour davantage de pouvoir aux enseignants et au personnel administratif de ces établissements.