Le Congrès de l’aile féminine du PMSD, renvoyé à deux reprises à cause des inondations puis de l’accident de Sorèze, se tiendra finalement ce dimanche 2 juin à 10 h, sur le terrain de foot de l’École Hôtelière à Ébène. Le thème sera : Fem en avant. Vylette Moutia dit qu’elle s’attend à accueillir autour de 5000 femmes à ce Congrès.
Vylette Moutia soutient que les femmes membres du PMSD sont hypermotivées et attendent avec impatience ce congrès. « Notre objectif est de consolider l’aile féminine à travers une politique de proximité en suivant la philosophie du parti. On veut aussi accueillir des têtes pensantes, des femmes qui ont des idées et qui peuvent venir de l’avant avec un programme. Nous ce qu’on veut en encourageant la femme, c’est encourager aussi sa famille. » Elle a aussi parlé de l’importance de connaître l’historique du parti avant d’ajouter : « Nou pensé ki mobilisation pou fer à travers bann madam. Avec les cours de formation, le travail sur le terrain et surtout être à l’écoute des autres. » Appelé à commenter sur ce qui peut pousser une femme à adhérer à un parti, Vylette Moutia répond que tout est une question de volonté et de l’envie de mener à bien son travail. « Notre plus ancienne est âgée de 92 ans. Quand une femme s’engage, elle prend une part active dans l’activité du groupe et se projette vers l’avenir. »
Par ailleurs, Vylette Moutia a tenu à démentir une info diffusée sur une radio faisant mention d’une rencontre entre Xavier-Luc Duval et sir Anerood Jugnauth.
Revenant aux activités qui se tiendront le 2 juin, Vylette Moutia dit qu’il y aura quelques surprises. Le congrès sera aussi agrémenté de chants. « On a au sein de l’aile féminine des talents dont celui de Marjorie Sewraz. Après le congrès, on préparera un calendrier et mettra en place les idées. » À une question du Mauricien sur l’ouverture éventuelle d’une structure adéquate qui viendrait en aide aux filles mères leur permettant de s’occuper de leur enfant tout en ayant un travail, Vylette Moutia soutient que cela sera étudié. Ghislaine Henry invite pour sa part tous les anciens à venir assister à ce congrès. « Gaëtan appelait les femmes du PMSD les amazones, car elles étaient toujours présentes et faisaient leur travail comme il se devait. On a envie de revoir ces dames et ces anciennes qui ont travaillé avec Gaëtan Duval. »