Le PMSD n’entrera dans aucune alliance bancale ou dans une alliance où il n’y a pas d’équilibre, a prévenu hier le leader du PMSD, Xavier-Luc Duval, qui s’adressait pour la première fois à un congrès de son parti depuis qu’il a quitté le gouvernement pour se joindre à l’opposition. « S’il faut entrer dans une alliance, ne comptez pas sur moi pour faire une alliance déséquilibrée. Il faut une alliance où tout le monde ait sa place, où tout le monde peut respirer le même air ensemble pour le meilleur et pour le pire », a-t-il lancé devant un auditorium Octave Wiehe bondé de partisans.
XLD a expliqué qu’il a quitté le gouvernement en raison des désaccords profonds avec le Parti travailliste. « Nous n’étions pas au gouvernement pour agir comme vase à fleurs », a-t-il lancé. Il a fait mention des rencontres qu’il a eues par courtoisie avec les dirigeants de l’opposition. Il a toutefois estimé que le MMM devrait rétablir la confiance qu’il devrait y avoir envers l’opposition « parce que l’opposition est importante pour le pays ». Il a souhaité l’organisation au plus vite des élections générales pour le bien du pays. Il a exprimé son opposition au seuil de 10 % proposé par le gouvernement dans le cadre de la réforme électorale et à la liste bloquée proposée pour remplacer le système de « best losers ». Xavier Duval n’a pas manqué de critiquer « ceux dont l’obsession est de rehausser le taux d’intérêt dans l’intérêt d’un petit groupe ».
Dans son discours attendu tant par les partisans du PMSD que par les observateurs politiques, Xavier-Luc Duval est revenu sur les raisons qui ont motivé son départ du gouvernement. « Nous n’étions pas entrés au gouvernement pour être des figurants. Vous ne nous avez pas envoyés au gouvernement pour agir comme vase à fleurs », a-t-il affirmé. Pour lui, l’intérêt de ceux qui l’ont soutenu et de celui de tous les Mauriciens est menacé. Il a expliqué qu’il était entré au gouvernement pour prendre part à toutes les décisions importantes prises. « Or, lorsqu’on se penche sur des décisions importantes comme le changement de la Constitution qui est presque irréversible, lorsqu’on crée un comité pour se pencher sur le changement, ce n’est pas possible qu’on n’y voie pas le PMSD. On voit l’opposition « koz koze » tous les jours dans le bureau du Premier ministre Navin Ramgoolam, dans celui de Satish Faugoo. Un parti qui a de la dignité et qui a un sens de l’honneur ne peut pas accepter cela. Nous ne pouvons pas faire partie d’un gouvernement qui nous exclut dans des décisions aussi importantes que l’amendement de la Constitution pour la création de la IIe République et des changements pour la réforme électorale », a dit Xavier Duval.