Le Premier ministre suppléant, Xavier-Luc Duval, a indiqué ce matin qu’aucun partenaire stratégique n’a été choisi par la Cargo Handling Corporation Ltd. Il répondait à une Private notice question du leader de l’opposition Paul Bérenger concernant le développement portuaire et les informations selon lesquelles Dubaï Ports World aurait été choisie comme partenaire stratégique. Le Premier ministre suppléant a indiqué qu’une collaboration avec DP World est à l’étude et ne concerne que le port de conteneurs et le port franc.
Les représentants de l’opérateur portuaire de Dubaï, indique XLD, ont jusqu’ici collecté des informations auprès des différentes parties prenantes dans les activités portuaires. Un Business Plan sera soumis au gouvernement en novembre prochain. « Une fois que nous serons en présence d’une proposition précise de DP World, les travailleurs et autres parties prenante seront consultés », insiste Xavier-Luc Duval. La question de participation de DP World dans l’actionnariat de la CHCL n’a pas été évoquée à ce stade, a-t-il précisé.
À une question du leader de l’opposition pour savoir si la Cargo Handling Corporation Ltd a choisi DP World comme partenaire stratégique et d’indiquer par conséquent les conditions de ce partenariat et s’il y a eu des discussions avec les syndicats et le secteur privé, Xavier-Luc Duval a répondu qu’aucun partenaire stratégique n’a encore été choisi par la CHCL. Il a expliqué que la question d’un partenaire stratégique pour la CHCL est sur la table depuis 2001 dans le but d’augmenter la productivité et l’efficience portuaire. Le projet avait été suspendu afin de permettre à la CHCL d’atteindre la durabilité financière. Une deuxième initiative avait été lancée en 2005 avec pour objectif de faire de Port-Louis un hub pour le transbordement et pour capturer le trafic de conteneurs dans la région. Toutefois, l’exercice entrepris entre 2007 et 2009 par la firme de consultants IFC dans le but de choisir un soumissionnaire n’a pas été concluant. Seulement une offre avait été obtenue et avait été considérée comme « non responsive » et par conséquent non conforme. Xavier-Luc Duval a indiqué que la CHCL a lancé une nouvelle initiative en vue d’explorer les avenues afin de donner un nouvel élan aux activités de la CHCL. C’est dans ce contexte qu’une collaboration avec DP World de Dubaï est actuellement examinée. Le projet comprend le développement et l’opération d’un port franc, de la logistique et d’autres activités portuaires associées ; le développement et l’investissement des infrastructures portuaires modernes et la transformation de Port-Louis en un « major regional logistics and maritime hub » ; l’expansion et l’opération de manutention des marchandises ainsi que les logistiques nécessaires à Maurice et à Rodrigues basées sur la demande du marché et l’évaluation commerciale ; la promotion et le marketing de Maurice comme une plateforme portuaire dans cette région de l’océan Indien ; la fourniture d’une large variété de services maritimes et portuaires afin de faire du port un acteur majeur dans le développement de l’économie océanique.
Xavier-Luc Duval a estimé qu’il se pourrait que la collaboration avec DP World, un des plus importants opérateurs mondiaux de terminaux portuaires apportent des bénéfices substantiels à Maurice. La compagnie opère quelque 65 terminaux sur les cinq continents y compris en Inde, en Afrique, en France, en Grande Bretagne, en France, en Australie et au Moyen Orient. DP World est le propriétaire de Jebel Air Free Zone, la plus grande zone franche dans le monde utilisée par des milliers d’hommes d’affaires venant d’une centaine de pays, créant quelque 135 000 emplois et attirant 20 % des FDI des Émirats Arabes Unis. 80 % des actions de DP World sont détenues par le gouvernement de Dubaï. Les terminaux de conteneurs de DP World ont traité quelque 15,2 millions de conteneurs en 2014. Ce volume devrait atteindre 100 millions de conteneurs en 2020.
Concernant le projet mauricien, Xavier-Luc Duval a indiqué qu’en juin 2015 le Sultan Ahmed Bin Sulayen, président de DP World, avait effectué une visite à Maurice en compagnie d’une équipe d’experts. Ils ont eu des discussions avec le Premier ministre, le ministre des Finances, le ministre du Logement et le Premier ministre adjoint. Des rencontres ont également été organisées avec les cadres du gouvernement. En septembre dernier, une équipe technique de DP World a effectué une visite de prospection dans l’île afin de recueillir des informations. Des sessions de travail ont eu lieu avec la MPA et la CHCL. La délégation a également visité le Mauritius Container Terminal et le site proposé pour la création d’un logistics park. La délégation a aussi eu des discussions avec le BOI, le ministère de la Pêche, Entreprise Mauritius, la Chambre de Commerce et d’Industrie, le JEC, la MEXA et la State Development Company Ltd. Un business plan devrait être présenté en novembre 2015, a dit Xavier-Luc Duval.
Auparavant, le Premier ministre suppléant a donné des explications sur le nouveau masterplan pour la région portuaire, l’extension des quais du Mauritius Container Terminal, la création d’un nouveau quai pour les navires de croisière, la réparation des portiques et le développement d’un Island Container Terminal. Un masterplan préliminaire sera soumis en décembre 2015 et un rapport final soumis en juin 2016. L’extension des quais du Mauritius Container Terminal coûtera Rs 5,7 milliards. Ces quais pourront accueillir jusqu’à 750 000 conteneurs et accueillir de gros porte-conteneurs d’une capacité de 9 000 conteneurs. Un terminal pour accueillir les croisiéristes sera construit et devrait être livré à la fin de 2017.
Paul Bérenger a voulu savoir si, tenant en compte que les attributions pour la réalisation d’un nouveau masterplan datent de 2014, ces attributions ont été modifiées pour prendre en considération les développements prévus entre Baie-du-Tombeau et Pointe-aux-Sables évoqués par le ministre des Finances.
Duval : Je ne suis pas au courant de la nécessité de modifier les attributions du masterplan. Tous les projets ont été soumis au consultant et devraient être incorporés dans le nouveau masterplan.
Bérenger : Concernant l’extension des quais, le ministre est-il au courant que l’avancement des travaux s’est heurté à des problèmes graves nécessitant l’arrêt des travaux ?
Duval : Tout ce qu’on sait est qu’il y aura un retard de deux mois.
Bérenger : Ce sont des problèmes graves qui seraient comparables à ce qu’avait connu le Bagatelle Dam. Peut-on avoir l’assurance que la saga Bagatelle ne se renouvellera pas ?
Duval : Il n’y a pas eu d’arrêt des travaux. Il y a eu un problème technique mais les travaux continuent.
Bérenger : J’ai dit si les travaux s’étaient arrêtés, pas s’ils se sont arrêtés…
Duval : Je ne suis pas au courant si les travaux s’étaient arrêtés ou se sont arrêtés.
Bérenger : Concernant DP World, vous dites qu’il n’y a pas à ce stade de partenaire stratégique. Or les représentants de DP World ont rencontré le secteur privé. Est-ce que dans le cadre des discussions avec DP World les travailleurs du port sont « taken on board » ?
Duval : Il y a eu beaucoup de discussions avec DP World. Toutefois les discussions sont au stade préliminaire et n’ont pas encore été finalisées. Ils étaient à Maurice pour recueillir des informations. Ils soumettront un rapport en novembre. Nous saurons alors ce qu’ils se proposent de faire.
Bérenger : Ils ont rencontré le JEC. Pourquoi pas les syndicats ?
Duval : Nous n’avons aucune précision concernant la proposition de DP World. Une fois que nous l’aurons, les travailleurs seront taken on board.
Bérenger : Est-ce que le partenariat stratégique tient compte de la question de la sécurité, tenant en compte les problèmes rencontrés par la compagnie aux États-Unis ?
À cette question, XLD explique que la compagnie opère quelque 65 terminaux dans le monde y compris en France et en Grande Bretagne. Concernant le partenariat éventuel, il explique qu’il ne concerne que le port de conteneurs.
Paul Bérenger a cité une déclaration du ministre des Finances concernant un accord qui aurait été signé. Vishnu Lutchmeenaraidoo fait un signe de tête pour montrer que ses propos n’ont pas été compris. Concernant des discussions qu’aurait eues le ministre des Finances avec les autorités portuaires de Singapour, le Premier ministre suppléant affirme qu’il n’est pas au courant.