Le projet de Light Rail Transit (LRT) System a, comme prévu, été l’objet d’une Private Notice Question du leader de l’opposition Paul Bérenger au ministre du Transport public. Il ressort que le programme de décongestion de la route et le métro léger seront complémentaires. « Le premier permettra une plus grande fluidité du trafic alors que le second, lui, facilitera le transport des passagers », a soutenu Nando Bodha. Il a promis qu’une fois le projet approuvé par le cabinet, tous les documents le concernant seront rendus publics et seront déposés à l’Assemblée nationale. Paul Bérenger a fait remarquer que confier la conception et la construction du métro léger à une compagnie et la gestion, à une autre, constituerait « une erreur grave ». Ce à quoi le ministre a répondu que toutes les options seront étudiées avant qu’une décision soit prise.
L’exercice de la Private Notice Question s’est déroulé dans le calme, sans anicroche ni agressivité. La séance de ce matin a été marquée par le retour du ministre des Services financiers et de la Bonne gouvernance, qui est rentré au pays après avoir participé à une conférence à Londres. Le Premier ministre adjoint, Xavier-Luc Duval, qui était en visite en Chine, est également rentré ce matin et a participé aux travaux parlementaires. Le DPM Showkutally Soodhun a, lui, fait une entrée remarquée au Parlement en arborant des lunettes fumées.
Le leader de l’opposition avait demandé au ministre du Transport et des Infrastructures publiques de divulguer le montant des dépenses effectuées par rapport au projet de métro léger, d’indiquer si un nouveau projet de faisabilité sera nécessaire et de donner des précisions sur les implications de Singapore Cooperation Enterprises dans ce projet. Il cherchait aussi à savoir si le programme de décongestion sera amendé pour prendre en considération les implications de la Corée du Sud à la suite de la conclusion d’un accord-cadre de coopération et, finalement, si un nouveau Road Decongestion/Light Rail Master Plan sera proposé.
Pour Nando Bodha, le Light Rail Transit System Project sera « un des plus ambitieux » entrepris par rapport au transport public des hautes Plaines-Wilhems vers Port-Louis. Il a rappelé que le projet de métro léger avait été initié au terme d’un accord de gouvernement à gouvernement entre Maurice et Singapour, représenté par la Singapore Cooperation Enterprise.
Un accord de faisabilité, entrepris par l’entreprise singapourienne, avait estimé le projet à Rs 24,8 milliards. Un montant de Rs 539 226 992 a, à ce jour, été dépensé. La Singapore Cooperation Enterprise a touché Rs 411 692 528 pour ses services de consultants; le KDA Geo Systems Co Ltd un montant de Rs 25 462 250 « for land survey and data processing services »; la Water Research Co Ltd Rs 5 842 657 pour des études géotechniques; P&P Link for Communication Port Folio Rs 8 096 230; la MRA a accordé des déductions d’une valeur de Rs 86 941 387; et Grant Thornton a touché Rs 1 150 000. Les frais légaux se sont élevés à Rs 41 940.
L’équipe de Singapore Cooperation Enterprise a entrepris, dans un premier temps, une étude de faisabilité et a élaboré une feuille de route pour la mise en oeuvre du projet. Par la suite, l’équipe singapourienne s’était vue confier le rôle de Transaction Management and Transaction Advisor en vue des appels d’offres dans le cadre du projet.
Le ministre Bodha a expliqué que, tenant en compte l’ampleur du travail accompli, aucune nouvelle étude de faisabilité n’est envisagée. Des discussions sont en cours avec le SCE en vue d’entreprendre une remise à jour du projet. Une délégation de l’entreprise singapourienne est arrivée au pays hier et a commencé les discussions préliminaires.
En ce qui concerne le programme de décongestion, le ministre a expliqué qu’il comprend notamment (i) la construction d’un pont reliant Coromandel à l’autoroute à hauteur de Sorèze; (ii) la deuxième et troisième phase de la Ring Road, d’un tunnel sous la Montagne des Signaux et de la colline Monneron Signal, de la création d’un rond-point dans les environs du Quai D; (iii) le Quay D/Freeport Roundabout, soit de connecter le rond-point “Jumbo/Phoenix/Dowlut Roundabout” à la route Terre-Rouge–Verdun.
Des mesures ont été prises pour la mise en oeuvre du programme cette année. « I wish, however, to inform the House that the Road Decongestion Programme on its own would not have solved the problem of traffic congestion. This is the reason why since the start we plan to come ultimately with an alternative mode of transport which would be complementary to the Road Decongestion Programme », a dit le ministre Bodha. Selon lui, « le programme de décongestion routière aidera à la fluidité du mouvement de véhicules alors que le métro léger, lui, assurera la mobilité des personnes et facilitera l’accès au lieu de travail et aux autres activités ». Il poursuit : « The Road Decongestion Programme is therefore complimentary to the LRT. It is visioned to have a road transport system with a three tiers structures. What exists actually will form the first level. The RDP will be the second level and the LRT will represent the third level. All the levels will be integrated to provide greater mobility and fluidity in the transport system for next 30 years. »
Des appels d’offres pour les consultants concernant une partie du projet ont par ailleurs déjà été lancés. Le ministre dit aussi avoir été « impressionné » par ce qu’il a vu en Corée du Sud lors d’une visite effectuée en novembre. « I was impressed by the korean state of the act technology and knowhow in the field of roads, bridges and tunnel construction », a-t-il précisé. Raison pour laquelle, selon lui, il a été demandé aux autorités coréennes d’effectuer un “technical and financial audit” du programme de décongestion routière. Une équipe coréenne est arrivée au pays en novembre dernier et a effectué une évaluation initiale. L’étude a été finalisée à la suite d’une nouvelle visite en mars dernier. Elle a ensuite été soumise au gouvernement en avril et les procédures ont été initiées, conformément à la Public Procurement Act, pour considérer la mise en oeuvre du programme sur la base d’un accord de gouvernement à gouvernement. Par la suite, un MoU a été signé entre la RDA et la Korea Expressway Corporation. À l’insistance du leader de l’opposition, Nando Bodha a promis que ce document serait déposé sur la table du Parlement incessament.
Un exercice de “due diligence” a par ailleurs été effectué, comme proposé par l’équipe coréenne, afin de s’assurer que le gouvernement obtienne « value for money ». Nando Bodha explique : « The due diligence exercise has been completed and submitted to the High Powered Committee set up under the chairmanship of the Secretary to Cabinet and Head of the Civil Service. The report of the High Powered Committee will be submitted to Government for consideration. » Le ministre a ensuite précisé qu’il n’est pas proposé que le programme de congestion routière soit amendé afin d’accommoder le métro léger. « However, in view of the different alignments of the LRT and the RDP it is proposed to study how best we could integrate the transport system along the two alignments », a-t-il dit.
S’agissant de l’importance du Master Plan, le ministre a estimé qu’il est « inutile de réaliser deux plans séparément ». Il précise : « It is more appropriate to see how to integrate from the Town and Country Planning perspective the two to see to it that the project be implemented efficiently and that they are financially viable if Government decide to go on the LRT Project. » Et ministre d’insister sur le fait que le programme de décongestion routière « tient en ligne de compte l’alignement de la voie qu’empruntera le métro léger », précisant que « tous les 92 terrains achetés par le gouvernement seront maintenus ».
Répondant aux questions du leader de l’opposition, Nando Bodha a affirmé que le montant dépensé pour le métro léger ne tient pas compte des terrains qui ont été achetés. À Paul Bérenger, qui lui reprochait d’avoir pas encore déposé le MoU signé à la RDA et le KEC, le ministre s’est excusé et a promis que le document le serait « incessamment ».
Concernant la conception, la construction et l’opération, le ministre a insisté sur le fait que « l’intérêt public sera pris en compte par le gouvernement ». Il a aussi affirmé fait qu’il veillerait à ce que la réalisation soit réalisée « en toute transparence » comme, dit-il, « l’a souhaité le Premier ministre ». Toujours répondant à des questions de Paul Bérenger, le ministre a indiqué que le projet pourrait être soumis au cabinet dès la semaine prochaine. Il reviendra au gouvernement de prendre des décisions concernant son mode de financement. Une fois le projet approuvé, tous les documents seront alors déposés sur la table du Parlement.
Concernant enfin la nécessité qu’une aide financière soit accordée aux municipalités, comme réclamé par Rajesh Bhagwan dans une question adressée au ministre Bodha, ce dernier a fait comprendre que cette question « sera prise en considération ».