Les travaux de l’Assemblée nationale en fin de matinée ont démarré avec un bon quart d’heure de retard, poussant le leader de l’opposition, Paul Bérenger, de bonne humeur, à piquer le Chief Whip, Rihun Hawoldar et le leader of the House, Navin Ramgoolam. Privilégiant un vocabulaire hippique, il a trouvé que « bizin kravas bann souval-la » alors qu’à l’arrivée du Premier ministre au sein de l’hémicycle, il a trouvé simplement trouvé que « bannla pe dir souval inn tass dan padok ». D’autre part, les relations entre le MMM et le MSM dans les rangs de l’opposition sont toujours glaciales, avec aucun signe de détente entre les leaders respectifs du MMM et du MSM, Paul Bérenger et Pravind Jugnauth.
À la fin des échanges lors de la PNQ, alors que le Deputy Speaker, Pradeep Peetumber, avait décrété que l’heure de l’interpellation supplémentaire finale avait sonné, Pravind Jugnauth, qui n’avait eu qu’une précédente occasion d’intervenir, s’est mis à protester pour réclamer la possibilité de formuler une autre question supplémentaire. De son côté, Paul Bérenger n’a pas attendu la fin des protestations pour réclamer que le gouvernement reporte la décision d’aller de l’avant avec le projet de métro léger jusqu’après les prochaines élections générales.
Pour justifier cette démarche en vue d’attendre la prochaine échéance électorale pour la mise à exécution du projet de Light Rail Rapid Transit (métro léger), le leader de l’opposition a soutenu que des investissements lourds, soit Rs 22,2 milliards seront requis et qu’il n’y a qu’un seul soumissionnaire encore en lice pour le projet, soit l’Afcons Infrastructure de Ltd de l’Inde, aussi bien que la nécessité d’une coordination de la politique du gouvernement en vue de réconcilier d’autres problèmes relevant du transport en commun ou encore l’utilisation grandissante des voitures privées par des Mauriciens. Il a souhaité que le gouvernement fasse appel à la Banque mondiale ou à une autre agence internationale pour une évaluation avant le démarrage du projet de métro léger.
De son côté, le vice-Premier ministre et ministre des Infrastructure publiques, Anil Bachoo, a fait état de la détermination du gouvernement d’aller de l’avant avec ce projet après les multiples reports depuis 1997. « The people have been waiting for this project for the last thirty years. Je peux assurer la Chambre que toutes les mesures ont été prises pour que ce projet soit exécuté dans la transparence ».
Anil Bachoo a également confirmé que les coûts du ticket du métro léger seront les mêmes que le tarif d’autobus sur la route Curepipe/Port-Louis. Il a ajouté qu’avec l’introduction du métro léger, les véhicules des compagnies d’autobus seront utilisés en tant que Feeder et qu’un redéploiement du personnel est également à l’ordre du jour.
Un autre détail de taille révélé par le VPM est que l’autre soumissionnaire, la China State Construction Co Ltd, a été éliminée de l’exercice d’appel d’offres. La raison est que cette compagnie de construction de la république populaire de Chine fait partie de la liste rouge de la Banque mondiale, frappée d’une interdiction de participer à des appels d’offres sur le plan international.
En début de séance, le Deputy Speaker a annoncé la composition du comité parlementaire de l’Independent Commission Against Corruption, tous des membres du gouvernement.
Bérenger : Le vice-Premier ministre et ministre des Infrastructures publiques peut-il révéler par rapport au projet de Light Rail Transit System si le tracé et les analyses financières et économiques ont été bouclés et révéler le coût estimé du projet et les répercussions sur les opérations des compagnies de transport en commun et l’emploi, donner des indications sur le calendrier pour les exercices d’appel d’offres, la date du démarrage de ce chantier et la fin des travaux de même les raisons pour lesquelles des opérateurs se sont retirés de ce projet. Peut-il également déposer sur la table de l’Assemblée nationale une copie de l’accord signé avec la Singapore Corporation Enterprise de même que les montants déboursés en faveur de Singapore Mass Rapid Transport et si un National Traffic Master Plan a été élaboré ?
« Approche ?intégrée »
Bachoo (donnant lecture de son texte écrit à une vitesse de TGV) : Le programme du gouvernement 2012 à 2015 fait état de la nécessité de procéder à la modernisation de Maurice, notamment dans le domaine de l’infrastructure. Le Light Rail Transit System constitue une priorité dans le cadre de programme. (Il fait état des bénéfices sur le plan économique, infrastructurel et environnement du projet de métro léger). En raison du caractère novateur de ce projet, nous avons fait appel à l’expertise de la Singapore Corporation Enterprise. Lors de la première phase du projet, le tracé avait été identifié de même que d’autres avantages, comme la nécessité de privilégier le mode de transport en commun. Le Feasibility Report a été soumis en octobre 2013 et le coût estimé est de Rs 22,2 milliards ; the project is economically and financially viable.
Le projet de métro léger adopte une approche intégrée et les bus existants seront transformés en feeder buses pour desservir les environs des stations du métro léger. Des Multi-pronged studies, dont un Market sounding exercise entre les 18 et 21 décembre 2012, ont été entreprises avec une Expression of Interest incluant pas moins de 27 sociétés intéressées. Cet exercice a été lancé en avril 2013 par le truchement d’un appel d’offres international. Avec la collaboration de la Singapore Corporation Enterprise, six firmes internationales de France, d’Espagne, d’Inde et de Chine ont été invitées à soumettre des cotations.
Le délai pour la fermeture des appels d’offres a été étendu à deux reprises et à la fin, deux firmes avec trois soumissions ont été reçues. Ces offres sont actuellement à l’étude et une décision doit être annoncée le 27 juillet. Les raisons pour lesquelles des firmes se sont retirées de l’exercice me sont inconnues. En principe, le contrat du métro léger devra être alloué le 31 octobre prochain avec le contracteur choisi mobilisant ses ressources pour le démarrage des travaux.
Le GM a sollicité la Singapore Corporation Enterprise pour des services de consultants pour la première phase du projet. (Anil Bachoo énumère les différentes attributions de cette étude.) Le montant est de 8,8 millions de dollars singapouriens. Pour ce qui est de la publication de l’accord avec la QSCE, nous sommes tenus par une clause de confidentialité et ce ne sera pas possible de divulguer les détails.
Au chapitre du National Traffic Master Plans, la politique a été décidée depuis 1997 (un sourire du leader de l’opposition). La politique avait été élaborée pour les 20 prochaines années. Puis, il y a eu le National Development Strategy Plan du ministère du Logement de 2003, qui avait recommandé le projet de métro léger. Entre-temps, mon ministère a mis à exécution tout un programme de construction de routes. (Anil Bachoo se lance dans l’énumération de tous les projets de route réalisés.) Il y a d’autres projets prévus, comme l’A1-M1, la Ring Road Phase II, la route de Flic-en-Flac, l’East-West connector ou encore le rond-point de Phoenix.
Je peux assurer la Chambre que tout est fait dans la transparence. Un Steering Committee comprenant le chef de Cabinet, le secrétaire financier et le Solicitor General, a été institué pour suivre le déroulement de ce projet.
Redéploiement
Bérenger : Nous avons été informés que le projet nécessitera des investissements de Rs 22, 2 milliards. Puis-je savoir comment les coûts du ticket de métro léger vont se comparer avec les tickets de bus ? Y aura-t-il des éléments de subventions ?
Bachoo : A ce jour, il a été décidé que le ticket sera le même que celui du bus. Il faudra voir quels seront les tarifs de bus dans cinq ans quand le métro léger sera opérationnel.
Bérenger : Des subventions ?
Bachoo : Nous sommes actuellement à l’étape des évaluations. Nous devrons voir. J’ai pris la décision de déposer sur la table de l’Assemblée nationale une copie du Feasibility Study Report.
Bérenger : Le ministre a fait état du fait que les compagnies de bus seront tenues en ligne de compte avec le métro léger. Dans le temps, la garantie était donnée qu’il n’allait y avoir aucune perte d’emplois. Je n’ai pas entendu le ministre en faire état. Est-il en mesure de réitérer cette garantie à l’effet qu’il n’y aura aucune perte d’emplois ?
27 juillet date butoir pour le contrat du métro léger
Bachoo : Je suis au courant que depuis 1995, quand le projet de métro léger a été évoqué, il avait été question de redéploiement du personnel. Il y aura des redéploiements.
Bérenger : Quelle est la définition de ce redéploiement ?
Bachoo : La même que quand le leader de l’opposition occupait les fonctions de Premier ministre. Il n’y aura pas de pertes d’emploi.
Bérenger : Peut-il préciser la date butoir pour le projet métro léger ?
Bachoo : Le 27 juillet prochain…
Bérenger : Derrière la porte sa ! Nous ne partageons pas la position officielle à l’effet que l’accord avec les Singapouriens ne pourra être rendu public en raison de cette clause de confidentialité. Qu’en est-il du choix des partenaires locaux. Nous sommes en possession de certaines informations. Comment se fait le choix de ces partenaires locaux ?
Bachoo : J’ai révélé à la Chambre des détails qui sont de nature confidentielle. Le choix des partenaires se fait par voie d’appels d’offres ; je comprends qu’il devra y avoir des consultants en communications, des arpenteurs…
Bérenger : Le ministre a fait état des exercices d’appels d’offres. Qui est responsable ? Le CTB, les Singapouriens ou son ministère ?
Bachoo : In fact, the Singapore Corporation Enterprise is looking after this…
Bérenger : L’exercice d’appel d’offres pour le projet a démarré avec 11 groupes internationaux. Puis, le nombre est descendu à six et à trois. Parmi, il y a des retraits et d’autres ont été éliminés. Mes informations sont que le meilleur constructeur de métro léger au monde a été éliminé de l’exercice…
Bachoo : Je peux donner la garantie à la Chambre qu’il n’y a eu aucune tentative délibérée d’éliminer quiconque…
À ce stade, devant les nouvelles interpellations supplémentaires du leader de l’opposition, le VPM confirme que la China State Construction Enginering Co Ltd a été éliminée en raison de sa présence sur la liste rouge de la Banque mondiale. Les soumissionnaires chinois n’avaient pas fait cette déclaration en participant à l’exercice. « This was mandatory », devait-il ajouter.
Bachoo : De ce fait, il ne reste qu’un soumissionnaire avec deux offres…
Nouveau plan ?stratégique
Le leader de l’opposition relève des contradictions dans la réponse du ministre, qui avait initialement parlé de trois soumissionnaires.
Bérenger : Le ministre a fait état d’un National Traffic Plan, qui date de 1997 et puis a fait un retour en arrière. N’était-il pas préférable d’initier la formulation d’un nouveau plan stratégique pour le transport en commun général ? D’un côté, le gouvernement propose le métro léger. De l’autre, le même gouvernement construit des routes, encourage l’importation de voitures privées avec des facilités de leasing. Il n’y a aucune coordination. Singapour est le pays où les voitures sont les plus chères au monde. Singapour impose une politique de taxation des voitures pour décourager les voitures privées et encourager le transport en commun. Allons-nous adopter le modèle de Singapour à ce chapitre ? N’est-il pas mieux de solliciter les services de la Banque mondiale ou de toute autre agence internationale pour élaborer une politique plus coordonnée dans le domaine du transport en commun ?
Bachoo : … The car is a sign of prosperity. Le parc de véhicules a progressé de l’ordre de 4,8 % annuellement au cours de ces dernières années. Certes, il y a le National Traffic Master Plan mais au cours de ces 20 dernières, nous avons construit des routes. Toute cette infrastructure routière a été d’une grande utilité pour les usagers de la route. Voyez Pamplemousses, Goodlands, Triolet…
Bérenger (rire) : Flacq ?
Bachoo : Ce n’est pas le cas. Nous avons investi entre Rs 15 et Rs 20 milliards dans la construction des routes. Le métro léger est limité à desservir certaines régions. La construction des routes est pour le court terme et le métro léger pour le long terme. Le Premier ministre a soulevé la question de l’importation des voitures de seconde main. Il y a encore la nécessité de réduire de 20 à 15 ans l’âge des taxis. La National Transport Authority se penche sur la question.
Le leader de l’opposition revient sur la nécessité d’une meilleure coordination au niveau de la politique du transport en commun et de l’infrastructure tout en prenant le soin de souligner qu’il n’est pas en train de pousser en faveur d’une politique à la singapourienne.
De son côté, le député Pravind Jugnauth s’interroge sur l’élimination de la China State Construction Engineering Co Ltd, dont la présence sur la liste rouge de la Banque mondiale remonte à janvier 2009 alors que cette même compagnie avait décroché le contrat de la construction de l’aéroport en décembre 2009. Anil Bachoo répondra qu’une liste de firmes avait été proposée par la Chine, qui a assuré le financement du projet et que le feu vert de la Banque mondiale n’était nullement « mandatory » en 2009.
Deputy Speaker : Last supplementary for the leader of the opposition.
Protestation dans les rangs du MSM.
Bérenger : Nous avons été informés que la décision sur l’allocation du contrat devra intervenir dans les jours à venir. Ne serait-il pas mieux de reporter cette décision pour après les prochaines élections générales vu que le coût est de Rs 22,3 milliards et qu’il y a un seul soumissionnaire en lice?
Bachoo : Sur le plan légal, toutes les procédures ont été enclenchées. Nous avions reporté cette décision en 1997, en 2001 et en 2008. Nous n’avons d’autres alternatives que d’aller de l’avant. People have been waiting for this project for 30 years. I can assure we will be back in power…
La dernière partie de la réponse du ministre est noyée dans un brouhaha…