Le Premier ministre Pravind Jugnauth a indiqué, ce mardi 16 octobre au parlement, être « unaware » que les deux radars du port sont hors service, soit « broken ».

« The port cannot see if boats are coming ! », a averti le leader de l’opposition Xavier-Luc Duval, lors de la Private Notice Question sur la prolifération des drogues à Maurice et à Rodrigues.

L’ignorance de Pravind Jugnauth à ce sujet a généré un brouhaha au sein de l’hémicycle.

Le Premier ministre a ensuite été informé — à travers une note qui lui a été remise —  que des « arrangements sont en cours en vue de remplacer les deux radars ».

« Equipements de pointe »

Cette déclaration est intervenue après que Pravind Jugnauth a énuméré les multiples équipements et diverses technologies mis à la disposition des forces de l’ordre afin de lutter contre le trafic de drogue.

La Mauritius Revenue Authority dispose notamment de Fast Interceptor Boats, de Vessel Tracking Systems, de nouveaux scanners à l’aéroport et au port, ainsi que de drones.

Le Premier ministre a fait état de test d’urine, de handheld narcotic analysers, de l’amélioration du système de vidéo surveillance dans le port. Et des chiens entrainés pour détecter les nouvelles drogues synthétiques, le tabac et la cigarette.

Pravind Jugnauth a évoqué les actions prises par les  ministères pour lutter contre la prolifération des drogues.

La Santé travaille ainsi sur une nouvelle liste de drogue synthétique et planche sur le programme de distribution de méthadone, naltrexone et subroxone.

En outre, a ajouté le Premier ministre, un programme de sensibilisation a atteint des dizaines de milliers de Mauriciens à travers l’île.

Le Premier ministre a, surtout, relevé que le premier centre de réhabilitation destiné à ceux de moins de 18 ans est opérationnel depuis deux semaines à l’hôpital de Montagne-Longue.

Quant au ministère de l’Education, Pravind Jugnauth a déclaré qu’un travaille s’effectue de concert avec des écoles. Une politique de tolérance zéro est prônée. Des éducateurs, tant à Maurice qu’à Rodrigues, sont formés afin de faire face à la problématique des drogues.

De plus, des campagnes de sensibilisation sont menés par l’ADSU et la Brigade pour la protection des mineurs.

Xavier-Luc Duval : The actions of the Government are too little, too late.

Le leader de l’opposition a ensuite demandé : « Is the Prime Minister aware of the tremendous surge of drugs and of their extremely low prices? Can he tell us about the prices now? »

Pravind Jugnauth : The real fight against drug started in 2014. I don’t know about the prices, I don’t deal with drugs. But I can assure that on the market, the amount of drugs, the quantity in circulation has diminished a lot.

Cette déclaration du Premier ministre a entrainé des commentaires parmi les députés. Ce qui a dérangé la séance et a forcé la Speaker à rappeler les parlementaires à l’ordre.

Pravind Jugnauth : Ekoute, Ekoute, to pa ekoute. The amount of synthetic drugs coming into the country has increased. I monitored the stats ; I have daily meetings with Commissioner of Police, with Officer in charge of ADSU, with custom. We can see that the number arrests is on an increase. Which shows that we are effective, but it also shows that more people are trying to introduce synthetic drugs in country. We have to enhance all measures to address the issue.

XLD : Arrest are being made but drugs are evaporating at ADSU.

Puis, le leader de l’opposition a dressé un tableau noir de la situation des drogues à Maurice, en se basant entre autres sur le rapport de la Commission d’enquête sur la drogue.

« The situation (of drugs) has considerably worsen since the elections in 2014. Deaths doubled, admissions (to health units) doubled, crimes almost doubled », a affirmé Xavier-Luc Duval.

« The policy of the Government is totally ineffective. Maurice est en état d’urgence. Regardez la réalité en face et acceptez vos responsabilités ! », a lancé le leader de l’opposition au Premier ministre.

Ce dernier a relevé, à différentes reprises, que c’est son gouvernement qui a mis sur pied une Commission d’enquête sur la drogue, comparant ses actions à celles du précédent régime.

Le leader de l’opposition a, en se basant sur le rapport de la commission d’enquête, été très critique envers l’ADSU — « bad equipment, bad training, fore warning traffickers, heroin disappearing, Lutchigadoo phone disappearing »

Xavier-Luc Duval : What is going to happen to l’ADSU, the worse unit in police force ?

Le Premier ministre s’est, une nouvelle fois, comparé à l’ancien régime.

Pravind Jugnauth : I have congratulated all officers of ADSU doing their work efficiently so that we are seing results, seizures, arrests.

Contre les « quelques brebis galeuses » au sein de l’ADSU, le Premier ministre a indiqué que « we will take actions ». Et d’ajouter : « Des officiers ont été transférés dans des cas où il y avait des doutes. Nous enquêtons et nous prendrons des actions ».

Le cas de Serge Clair, Chef commissaire de Rodrigues particulièrement entaché par le rapport de la Commission d’enquête sur la drogue, a aussi retenu l’attention.

Le leader de l’opposition voulait savoir si le Premier ministre lui a conseillé de démissionner. Pravind Jugnauth a indiqué qu’il ne souhaite se mêler aux affaires de l’Assemblée Régionale de Rodrigues.

Pravind Jugnauth : They have their independence. I dont want to interfere.

Ce qui génère un brouhaha au sein de l’assemblée.

Pravind Jugnauth : Get Selvon ki pe dir twa, res trankil!

Le Premier ministre a ensuite déclaré que « I am informed that Serge Clair initiated a Judicial Review » sur les conclusions du rapport de la Commission d’enquête sur la drogue.