La première Private Notice Question du leader de l’opposition Paul Bérenger pour cette deuxième semaine consacrée aux débats parlementaires, portait sur le rapport du PRB. Cet exercice s’est déroulé dans le calme et n’a donné lieu à aucune controverse. Le Premier ministre a expliqué que le rapport tient compte de plusieurs facteurs dont « la nécessité de retenir les talents expérimentés et rares ». « Nous voulons éviter une situation où il nous faudrait avoir recours aux hauts cadres étrangers dans l’administration publique. » Navin Ramgoolam a par la même occasion précisé que le rapport entre le salaire d’un General Worker et celui d’un Permanent Secretary est passé de 1:8,6 en juillet 2008 à 1:8,8 dans le PRB 2013. À une dernière question du leader de l’opposition, le Premier ministre a indiqué qu’aucune recommandation ne sera faite pour les salaires du président, du vice-président, des ministres et des parlementaires avant la publication de l’Errors and Omission Report. À ce matin, quelque 51 940 fonctionnaires sur 52 612 soit 98 % avaient soumis leur Option Form. Les débats sur le discours du budget ont repris à la mi-journée.
Le leader de l’opposition a demandé au Premier ministre de dire comment le rapport du PRB 2013 a été approuvé par le gouvernement alors que les recommandations élargissent la fracture entre les hauts et les bas salaires payés dans la fonction publique. Paul Bérenger a demandé au PM d’indiquer les demandes soumises par les syndicats par rapport à cette fracture, dont le paiement d’une augmentation salariale intérimaire. Il a aussi souhaité obtenir les noms proposés par les syndicats concernant le président du Committee on Errors and Omissions and Anomalies et finalement il a voulu savoir si le gouvernement a discuté avec la MEF et les Syndicats du secteur privé concernant toute demande éventuelle des syndicats du secteur privé pour un réajustement des salaires à la suite des recommandations du rapport PRB 2013.
Le Premier ministre a expliqué que le gouvernement a respecté ses promesses en publiant le rapport PRB 2013 avant l’échéance prévue malgré le contexte économique difficile — publié tous les cinq ans, il était prévu pour 2013, après celui de juillet 2008. Le gouvernement a décidé de payer entièrement les salaires recommandés par le rapport alors qu’en 2003, malgré la situation économique bien meilleure qu’aujourd’hui, le paiement avait été échelonné sur deux années financières. Selon le PM, le rapport du PRB tient compte de la capacité du gouvernement, des développements économiques dans le pays, des tendances de salaires dans l’économie et des réalités du marché, de la nécessité de retenir des talents rares et expérimentés, de la nécessite de maintenir un rapport acceptable entre les salaires d’un General Worker et celui d’un Secrétaire permanent. Il tient aussi compte, dit-il de la nécessité de combler partiellement la différence entre les salaires pratiqués dans le secteur public et dans le secteur privé « at appropriate levels of the echelon », de la nécessité de maintenir une relativité équitable afin d’entretenir des relations harmonieuses dans le secteur public, de compenser l’érosion du pouvoir d’achat depuis la révision salariale de 2008, de la sécurité de travail, des pensions et du statut dans le secteur public et de la nécessité d’avoir un équilibre entre le « pay package and ensuring social responsibility among others ».
Le Premier ministre a expliqué que le gouvernement a approuvé le rapport sachant qu’il contient des dispositions pour la correction des Errors and Omissions. Le gouvernement, a-t-il dit, a décidé d’étendre le champ des mesures correctives et de ne pas se limiter aux Errors and Omission mais de tenir également en compte des Alleged Anomalies. La décision a été communiquée aux syndicats le 26 octobre et ces derniers l’ont approuvée. C’est ainsi que la date limite pour la soumission des formulaires a été étendue au 19 novembre. Les protestations concernant les anomalies, entre autres, devront être communiquées au plus tard le 30 novembre. Le Errors and Omissions Committee devra soumettre ses recommandations au plus tard en février de l’année prochaine.
Plusieurs noms avaient été soumis par les syndicats concernant le président du comité que se penchera sur les Errors and Omission. La SEF avait, pour sa part, recommandé Mick Gadjadhur comme président et Hamid Malleck Amode comme assesseur ; la GTU avait proposé Bijaye Coomar Appanah ; le PSCF avait également proposé M. Appanah ; la TUCP avait proposé Paul Mathews, Chandan Jankee et Kemil Gobin. Finalement, le conseil des ministres a opté pour Dev Manraj en tant que président avec Parsad Ruhee et Khemil Gobin comme assesseurs.
Le Premier ministre a indiqué que les syndicats avaient réclamé une augmentation salariale intérimaire de Rs 2 000 à tous les fonctionnaires. Cependant, ils n’ont pas insisté sur cette demande. Le Premier ministre a observé que ce n’est pas la première fois que le rapport du PRB est remis en question.
Concernant le secteur privé, le Premier ministre a indiqué que les ajustements salariaux relèvent des Collective Bargaining entre employés et employeurs qui ne sont pas concernés par les Remuneration Orders. Navin Ramgoolam a reconnu qu’il est un fait que l’augmentation salariale dans le secteur public donne lieu a des réajustements. Toutefois, il est un fait connu que les salaires dans le secteur privé sont nettement en faveur des « top and middle management ». « It is important for good industrial relations that such disparities be remedied. »
Le Premier ministre a indiqué que l’approche du gouvernement concernant l’implémentation du rapport PRB 2013 a été approuvée par l’ensemble de la fonction publique. Par ailleurs, à ce matin, quelque 51 940 fonctionnaires sur 52 612, soit 98 %, avaient soumis leur Option Form.
Les questions du leader de l’opposition ont essentiellement porté sur les salaires dans le secteur privé par rapport à ceux du secteur public. Le Premier ministre est revenu sur la nécessité d’empêcher une fuite de cerveaux de la fonction publique. Il a souligné que c’est déjà le cas pour les architectes, les médecins et certains autres professionnels.
Des questions ont été posées par Pravind Jugnauth, Alan Ganoo, Veda Baloomoody et Kee Chong Li Kwong Wing.
Finalement, à une question du leader de l’opposition, le Premier ministre a indiqué qu’aucune recommandation ne sera faite en ce qui concerne les salaires du président, du vice-président, des ministres et des parlementaires avant la publication de l’Errors and Omission Report.