La Road Development Authority et les contracteurs des travaux de la troisième voie sur la Nationale entre le rond-point du Caudan et le Caudan Waterfront ont été mis en accusation dans les inondations meurtrières ayant coûté la vie à 11 personnes, dont six dans le Caudan Underpass, le samedi 30 mars dernier. C’est ce qui ressort des échanges lors de la Private Notice Question (PNQ) du jour du leader de l’opposition, Alan Ganoo, au vice-Premier ministre et ministre des Infrastructures publiques, Anil Bachoo. Les premières conclusions du chef inspecteur Hector Tuyau, qui a été depuis dessaisi de cette enquête, sont des plus accablantes car « the flooding water was diverted to cause the submersion of the tunnel at the highest level which may have resulted in the drowning and death of the six persons » (voir l’intégralité du rapport plus loin).
Pour sa part, le leader de l’opposition a réclamé la démission d’Anil Bachoo, le temps que durera cette enquête sur les conséquences dramatiques des pluies torrentielles du samedi 30 mars dernier à Port-Louis. Avant d’entrer dans le vif du sujet, force est de constater que le contrôle des échanges de la PNQ a échappé au Speaker, Razack Peeroo, malgré ses nombreux rappels à l’ordre et menaces.
Toutefois, de tous bords soient-ils, les applaudissements des parlementaires en faveur de leurs favoris lors de ces quelque 40 minutes de débats, surtout à la fin de la PNQ, étaient des plus déplacés et de mauvais goût. Peut-être qu’en regardant des extraits de la PNQ dans le bulletin d’informations à la télévision ce soir, ils se rendront compte de leur inélégance car 11 victimes innocentes ont perdu leurs vies dans des conditions dramatiques et qu’au moins une centaine de familles, sinistrées, continuent à se battre pour refaire leur vie.
La PNQ sur les pluies meurtrières du samedi 30 mars ne pouvait être transformée en Scoring Board de politique partisane. Messieurs les parlementaires, le spectacle de vos jubilations était des plus affligeants à la mi-journée. Il n’y a rien de mal à concéder qu’une limite dans la sérénité et la solennité parlementaire a été bafouée.
D’autre part, après six semaines de refus pour reconnaître qu’au moins une partie des inondations du Port Louis Waterfront résulte des travaux de construction de la troisième voie sur l’autoroute à hauteur du Ruisseau du Pouce, Anil Bachoo a dû se rendre à l’évidence à l’Assemblée nationale. Néanmoins, il renvoie la balle dans le camp des contracteurs en menaçant que ces derniers devront assumer leurs responsabilités dans la présence de « piling » dans le lit du Ruisseau du Pouce. Anil Bachoo a également trouvé que la municipalité de Port-Louis porte également une responsabilité dans les débordements à partir du cinéma Majestic car « les drains n’avaient pas été nettoyés ».
Ganoo : Le vice-Premier ministre et ministre des Infrastructures publiques peut-il obtenir de la Road Development Authority les informations par rapport aux travaux entrepris dans le centre ville et la Place d’Armes depuis le 13 février dernier et par rapport à la M1 Road, si dans le contrat dans l’élargissement de la Nationale de Pailles à Caudan, des travaux de construction de Side Drains avaient été inclus et si les spécifications, notamment la largeur, ont été revues à la baisse et de déposer sur la table de l’Assemblée nationale une copie de ces détails et si le contracteur, responsable des travaux de la troisième voie sur l’autoroute a obstrué le cours d’eau du Ruisseau du Pouce vers la mer le 13 février dernier et par rapport au projet de construction de la Ring Road, les consultants de Diospyros Ltd (Mauritius) avaient déjà soumis un rapport dès juin 2011 avertissant contre des risques de glissements de terrains et d’inondations en cas de pluies torrentielles ?
Deuxième phase
Bachoo : Tout d’abord, je saisis cette occasion pour dissiper toute la passion et la confusion…
Le début de réponse du ministre est interrompu par des remarques venant des rangs de l’opposition. Les parlementaires du gouvernement ripostent avec des protestations demandant à l’opposition d’écouter, alors que le Speaker lance son premier appel au silence.
Speaker : Une question a été posée et le ministre doit avoir la possibilité de répondre car cette affaire ne relève pas seulement de l’intérêt de la Chambre mais également du public…
Le ministre Bachoo reprend le fil de sa réponse pour revenir sur le fait que les événements climatiques du samedi 30 mars ont un caractère exceptionnel avec 152 millimètres de pluies à Port-Louis en deux heures. Il répétera que le phénomène de Flashfloods est la conséquence de changements climatiques majeurs. Il ajoutera que les travaux d’aménagement de la Place d’Armes sur des Reclaimed Lands remontent à 1989 et que par la suite il y a eu la construction du Caudan.
Bachoo : Les deux passages souterrains sont sous la responsabilité de la State Property Development Corporation. Tout changement au niveau de l’infrastructure nécessite l’engagement de plusieurs Stakeholders dans cette région. Après les inondations du 13 février dernier, nous avons ordonné une étude complète de la situation et même une Comprehensive Study a été ordonnée. Une firme étrangère travaillant en collaboration avec le bureau d’études Desai s’est vu confier cette responsabilité par rapport au front de mer ; entre-temps, des Works Orders ont été émis pour des travaux au niveau du Canal Anglais, du Canal Bisson et de Vallée-Pitot. Mais je dois faire ressortir qu’au niveau de la municipalité de Port-Louis, nothing had been done.
Depuis les inondations du 13 février, les services de mon ministère ont tout fait pour revoir et améliorer l’infrastructure et au niveau des drains. Quand aux travaux sur l’autoroute, qui ont démarré, trois kilomètres de drains ont été construits et quatre Cross-Bridges avaient été prévus du côté de Montebello, Desbro, Bell-Village et Cassis.
À ce stade, le ministre Bachoo donne des indications sur les spécifications des drains, qui ont été portés à 700 millimètres.
Bachoo : Il faut savoir que les conditions climatiques du 30 mars ont été exceptionnelles. No drain design could have catered for such a downpour. Pour ce qui est du Ruisseau du Pouce, le débit du cours d’eau venant du canal de La Poudrière et de Le Pouce est de 16 mètres carrés. Nous avons prévu une décharge de 36 mètres carrés. No overflow was observed.
En ce qui concerne le rapport mettant en garde contre des glissements de terrain et de débordements avec le projet de Ring Road, il concerne la deuxième phase qui n’a pas encore démarré.
Le ministre s’engage dans des explications à l’effet que ce rapport qui date d’août 2011 avait été rédigé à l’intention des soumissionnaires en vue de l’EIA Licence et que ce projet sera mis à exécution dans le cadre du Toll Road Network sous le Road Decongestion Programme.
Marge de manoeuvre
Ganoo : Concernant la première partie de la PNQ, puis-je demander au vice-Premier ministre de préciser quand les consultants étrangers et Desai avaient été nommés pour ces travaux ?
Bachoo : Just after the 13th February last…
Ganoo : A quelle date précise ?
Bachoo : Je n’ai pas la date exacte sur moi. Je sais que cela a été fait juste après le 13 février. Il y a des procédures et je ne peux pas prendre mon téléphone pour contacter les firmes concernées…
Cette remarque relance le brouhaha au sein de l’hémicycle avec le Speaker intervenant pour rétablir la discipline.
Bachoo : Ce projet est financé par la Banque Mondiale. Il fallait le feu vert de cette institution.
Ganoo : Je suis surpris d’apprendre que le ministre n’est pas en mesure de révéler ce détail précis. Depuis les inondations du 13 février, il y a eu plusieurs réunions du conseil des ministres. Aucune mention n’a été faite de ce projet même si je concède que le gouvernement a fait état de projets dans des régions affectées par les inondations…
Bachoo : It is not necessary to record all decisions. Le gouvernement m’a accordé la marge de manoeuvre qu’il faut pour l’exécution des travaux. C’est pourquoi depuis 2005, autant de projets d’infrastructure ont été mis à exécution. Au fond d’eux-mêmes, tous les parlementaires reconnaissent le travail qui a été abattu…
Bhagwan : Ena 16 morts…
Bachoo : Le contrat a été alloué le 20 février…
Mohamed : Note bien le 20 février…
Deerpalsing : The problem is with the rain…
Cette remarque de la backbencher travailliste relance la polémique entre l’opposition et le gouvernement. Razack Peeroo tente tant bien que mal de calmer les ardeurs.
Bhagwan : Ine dégrade toi dan parti là, reste trankil inpé…
Speaker : I do not want any provocation from any side of the House.
Ganoo : Le ministre concédera-t-il que si au lendemain du 13 février, la RDA avait entrepris les travaux en cours, soit l’enlèvement des parapets sur le pont longeant La Nationale à Ruisseau du Pouce ou encore les débris pendant la nuit, comme nous avons pu le constater depuis, le bilan du 30 mars aurait pu être moins lourd et dramatique…
Les parlementaires de la majorité ne sont pas de cet avis avec des protestations venant des bancs du gouvernement. Les attaques et contre-attaques verbales se font de plus en plus bruyantes, noyant les rappels à l’ordre de la présidence. Il est déjà 11 h 55 et cela fait un quart d’heure que la PNQ a démarré
Speaker : I say order… Order…
Bancs du gouvernement : Vautours…
Bachoo : Nous avons agi. Nous avons alloué un contrat pour une étude depuis le 20 février…
Les parlementaires du gouvernement applaudissent le ministre Bachoo alors que l’opposition proteste. Les éléments de réponse du ministre sont à peine audibles de la galerie de la presse.
Bachoo : La responsabilité du nettoyage des drains relève de la municipalité de Port-Louis. The honourable member does not understand…
Baloomoody : Démissionné do ta !
Speaker : Je ne compte pas tolérer ce genre de comportement.
Le leader de l’opposition parvient difficilement à formuler son interpellation et le Speaker rappelle à l’ordre le PPS Abdullah Hossen.
Speaker : I would like some order in the House. Je n’accepterai plus les remarques provocatrices…. The leader of the opposition is putting a supplementary question. Give him a chance. La PNQ dure trente minutes seulement.
Alan Ganoo revient sur la responsabilité du nettoyage des drains en rappelant également la responsabilité du ministère de tutelle à ce sujet.
« La RDA responsable »
Bachoo : Nothing has been done by the Municipality of Port-Louis. (Applaudissements des bancs du gouvernement.)
Baloomoody (au Premier ministre) : Pou kat mor to ti dimann so demission, zordi enan onze morts…
Bhagwan : To pou bizin amène pandits depi l’Inde pou sappe toi…
Le Speaker rappelle au leader de l’opposition que la PNQ est consacrée à des interpellations et non à des déclarations.
Ganoo : aborde tout le volet de la construction des drains sur l’autoroute en citant des documents officiels à l’effet que la dimension des drains avait été réduite avec pour conséquence que le volume d’eau évacué a baissé de 100 %. « À ce titre la RDA est responsable ».
Anil Bachoo rétorque, sous les applaudissements de la majorité, que tel n’avait pas été le cas et que des drains additionnels de trois kilomètres ont été construits et que la largeur des drains est passée de 100 mm à 700 mm dans certains cas.
À ce stade, le Speaker intervient pour rappeler que la demi-heure consacrée à la PNQ est largement dépassée et qu’en raison des interruptions venant des deux côtés de la Chambre, il accordera trois interpellations supplémentaires à l’opposition avant de boucler cette tranche des travaux parlementaires. De son côté, le ministre tente de poursuivre sa réponse en parlant de nouveau des quatre Cross-Bridges construits sur La Nationale pour évacuer l’eau.
Ganoo : Venons-en au Ruisseau du Pouce. Le ministre peut-il continuer à nier le fait que les obstructions sur le lit du Ruisseau du Pouce pour les besoins des travaux de la troisième voie sont la cause des débordements meurtriers dans le tunnel du Caudan ? A-t-il pris le soin de visionner les enregistrements des caméras 21 et 22 du Caudan du samedi 30 mars pour mieux comprendre ce qui s’est passé ce jour-là ?
Bachoo : Je le répète. Le débit du cours d’eau est de 16 mètres carrés. Nous l’avons agrandi à 36 mètres. There have been piling works (in the Ruisseau du Pouce). The contractor will have to take its responsibility. Je dois ajouter que nous avons visionné les caméras de CCTV et ces enregistrements confirment qu’il n’y a pas eu de débordements. Il ne faut pas oublier qu’en 1992 et 1996, la décision avait été prise pour recouvrir une partie du Ruisseau du Pouce. Ensuite, les drains n’avaient pas été entretenus par la municipalité de Port-Louis, ce qui explique les débordements depuis les parages du cinéma Majestic…
Applaudissements des bancs du gouvernement, avec les parlementaires de la majorité demandant à Alan Ganoo où il était avec le pont de Macondé. « Macondé to pas kozé », ne cessent-ils de clamer.
Speaker : I want some order.
Ganoo : I put it to the Vice-Prime Minister that Chief Inspector view the CCTV recordings du Ruisseau du Pouce. Cet officier de police est arrivé à la conclusion que le Ruisseau du Pouce avait été obstrué…
Bancs du gouvernement : Poz to kestyon !
Speaker : Permettez au leader de l’opposition de proposer sa question…
Ramgoolam (à l’adresse de Baloomoody) : Sa même Tuyau zotte ti appelle zako là !
Bachoo : Il ne faut pas oublier que c’est un cas de Flashfloods et que la municipalité de Port-Louis n’avait pas entretenu et nettoyé les drains. Et les victimes du côté de KFC ? En plus le chef inspecteur Tuyau n’est pas un ingénieur. Qu’avait fait le leader de l’opposition quand il y a eu quatre morts au radier…
Bancs du gouvernement : La honte.
Nouveau rappel à l’ordre de la présidence de l’Assemblée nationale.
Ganoo : Est-il disposé à déposer sur la table de l’Assemblée nationale les enregistrements des caméras 21 et 22 ?
Bachoo : Cela ne relève pas de moi mais du commissaire de police.
Le leader du MSM, Pravind Jugnauth, intervient en disant que le ministre a violé les dispositions de l’EIA Licence car dans certains cas spécifiques, le feu vert de la Cour suprême aurait dû être sollicité avant l’exécution des travaux.
Anil Bachoo maintient que tout a été fait selon la loi car aucun cours d’eau n’a été dévié.
Ganoo : Sur la base du drame du samedi 30 et des preuves irréfutables relevées par le chef inspecteur Tuyau au sujet du Ruisseau du Pouce obstrué, le ministre devra se retirer le temps de l’enquête en cours ?
Bancs du gouvernement : Non ! Non ! Non !
La PNQ prend fin avec un tonnerre d’applaudissements des plus déplacés des deux côtés de la Chambre avec les parlementaires se félicitant que leurs poulains respectifs ont enlevé le trophée, oubliant du même coup les 11 victimes du drame du Caudan Waterfront et les sinistrés des inondations du samedi 30…