Sylvestre François, un Quatre-bornais qui fête ses 90 ans aujourd’hui, a été dans la vie un policier formé à l’école coloniale anglaise dont la dureté, dit-il en plaisantant, n’avait d’égale que son propre nom. Sylvestre signifie, en effet, “qui appartient aux bois”!
A l’époque ( les années 40 ! ) où nos gabalous étaient recrutés, en grande partie, sur le critère de leur physique imposant, Sylvestre François était le type idéal pour dissuader bien des brigands et malfaiteurs, lesquels, en réalité, n’étaient ni plus, ni moins nombreux que de nos jours.
Ce que son entourage immédiat a, toutefois, toujours ignoré, c’est que, outre d’avoir définitivement le physique de l’emploi pour son métier, il dissimulait un talent de poète, un amour des mots qui aurait certainement été apprécié par un Léoville l’Homme.
Depuis 1981 – trente-trois ans donc – Sylvestre François avait gardé secrètement ces vers qu’il avait dédié aux femmes. Nous vous proposons ici un poème en hommage à la gente féminine.