Navin Ramgoolam a accusé Paul Bérenger d’utiliser le MSM « pour obtenir les cinq sous qui lui manquent pour remporter les élections ». C’était lors de l’inauguration du centre “multipurpose”  à Débarcadère, Pointe-aux-Sables, à la mi-journée hier. Le Premier ministre, évoquant le dossier de la vente des terrains à bail – qui concernera près de 17 000 personnes –, a expliqué qu’à l’initiatique de Nita Deerpalsing, des habitants de Rose-Hill sont venus le voir pour évoquer leur problème, lequel sera résolu, selon lui, par la possibilité pour les personnes concernées d’acheter leur terrain.
Navin Ramgoolam a expliqué que ces habitants avaient sollicité l’aide du MMM, sans toutefois obtenir de résultats. « Ils n’ont pas rencontré le MSM car ce parti ne faisait pas le poids », a-t-il dit. Et de demander à l’assistance de réfléchir sur la raison pour laquelle le MMM « court » après le MSM. « C’est dans le but d’obtenir les “cinq sous” qui lui manque pour remporter les élections », a-t-il dit. Le MMM, poursuit-il, veut « diviser une section de la population » tout en prenant d’autres sections pour acquis. « Moi, je n’ai jamais traité une partie de la population de “démon”. Je n’ai jamais dit qu’une communauté n’aura pas de place au Cabinet pour avoir voté contre mon parti ou que je boycotterai telle ou telle circonscription parce qu’elle n’a pas voté travailliste », a encore dit Navin Ramgoolam, avant d’estimer que ses adversaires « veulent que les riches deviennent plus riches et laisser les miettes aux pauvres ».
Le Premier ministre a aussi éffleuré la question de la réforme électorale. Se référant à une interview de Rama Sithanen accordée au Mauritius Times, dans laquelle ce dernier affirme qu’au moment des élections, les électeurs ont tendance à tenir en compte l’appartenance communale des candidats, il lance : « Ils tendent à choisir un candidat de leur communauté dans chaque parti. C’est cela notre poison. Imaginez si cela se passe dans chaque circonscription… c’est la division ! » Et Navin Ramgoolam de se dire « fier » d’appartenir à un parti « ayant une philosophie et croyant dans la justice sociale, l’unité de la population et au soutien des plus faible ». Un parti, dit-il, « qui croit dans l’unité dans la diversité » et au « mauricianisme ».
« Nous ne voulons pas d’une nation d’assistés. Nous voulons une population qui fait des efforts pour arriver », a-t-il lancé, avançant que c’est la raison pour laquelle il a créé le ministère de l’Intégration sociale, un ministère qui « combat l’exclusion ». Il ajoute : « Nous voulons une approche globale intégrée. Nous voulons des Mauriciens qui savent consentir des efforts. Nous voulons gérer la justice sociale et l’économie de façon efficiente. »
Sur le plan économique, Navin Ramgoolam explique que, contrairement aux communistes – qui veulent diviser le “gâteau national” en parts égales –, son gouvernement, lui, veut « empower » la population. « Nous voulons que tout un chacun participe à la croissance  afin de protéger l’emploi, en particulier celui des jeunes », a-t-il dit. Son objectif : « Grossir le gâteau national afin que chacun puisse obtenir un plus gros morceau » !
La construction du “multipurpose center” de Pointe-aux-Sables a été financée par l’avocat grec Me Konstantinos Tsiroyannis, qui a investi quelque Rs 10 M dans ce projet. Sa démarche s’inscrit dans la volonté de rendre hommage à ses parents Ploumis et Antonia Tsriroyamis, qui étaient enseignants et qui se sont dévoués à l’éducation des plus pauvres. Le Premier ministre a souhaité que Konstantinos Tsiroyannis fasse partie du comité de gestion du centre afin de s’assurer de sa bonne gestion. Ce dernier a annoncé que des bourses pour des études secondaires seront allouées à des jeunes de la région l’année prochaine. A noter enfin qu’au début de son intervention, le Premier ministre avait accusé la presse d’être « pessimiste ».