Des officiers de la CID de Port-Louis Sud ont dû faire preuve d’ingéniosité pour capturer un malfrat âgé de 24 ans, recherché pour un cas de vol avec violence à Quatre- Bornes. Les enquêteurs avaient en effet appris que le jeune homme réside à Morcellement Rey, Pointe-aux-Sables.

Problème : les tentatives pour mettre la main sur lui dans le passé se sont toujours avérées vaines car, en apercevant les policiers, l’individu en question prenait la fuite. Aussi cette fois, les officiers ont décidé de passer incognito. Ils ont donc marché dans la localité en djellabas pour ne pas éveiller les soupçons. Après avoir appris que ce dernier était bien chez lui lundi après-midi, ils ont frappé à sa porte afin qu’ils puissent passer « leur message de paix ». À peine le jeune homme est-il sorti que les officiers ont décliné leur véritable identité et ont mis la main sur lui.

Dans un premier temps, ce dernier a été conduit aux Casernes centrales avant d’être confié à la CID de Quatre- Bornes pour enquête. Néanmoins, un incident mineur a été rapporté lors de cette opération. La voisine du malfrat, âgée de 50 ans, a porté plainte contre un policier. Dans sa déposition à la police de Pointe-aux-Sables, elle raconte qu’elle était chez elle quand elle a entendu du bruit chez son voisin. Elle a vu des hommes qu’elle croyait être des religieux. Ces derniers s’apprêtaient à entrer chez le suspect. Mais la quinquagénaire a demandé aux policiers de laisser le jeune homme, qui avait seulement un short, le temps de lui laisser enfiler un t-shirt.

Selon elle, un policier lui aurait alors lancé des jurons, lui demandant de s’occuper de ses affaires. La plaignante déclare qu’elle s’est sentie « humiliée » et qu’elle est en mesure d’identifier le policier en question. La police de Pointe-aux-Sables a initié une enquête sur cette affaire.