Ceux qui ne respectent pas les conditions du bail pourront voir leurs contrats être résiliés. C’est ce qu’a laissé entendre le ministre Mahen Jhugroo concernant les propriétaires de campements obstruant l’accès à la plage.

Il répondait à une question du député Thierry Henry sur l’accès à la plage à Pointe-D’Esny. Le ministre a ajouté qu’un délai, expirant hier, mercredi 9 mai, a été accordé au propriétaire du campement et que si le barrage n’est pas enlevé, des sanctions seront prises.

De nouveaux incidents survenus sur la plage de Pointe-D’Esny, Mahébourg, la semaine dernière, ont donné lieu à une nouvelle question parlementaire de Thierry Henry sur l’accès. Dans sa réponse, Mahen Jhugroo a rappelé que le chief whip du gouvernement, Bobby Hureeram, avait déjà fait une déclaration au parlement à ce sujet. Ce qui a donné lieu à des commentaires dans les rangs de l’opposition.

Le ministre a alors précisé qu’il est au courant de la situation à la plage de Pointe-D’Esny, de même que les incidents survenus la semaine dernière. Il a souligné que les officiers de la Beach Authority se sont rendus sur place et ont constaté que des propriétaires de campement avaient érigé un barrage, avec du bois et des cordes, au-delà de la “high water mark”, empêchant ainsi le public de circuler.

« Au cas où cela n’est pas respecté, nous prendrons conseil auprès de la State Law Office pour envisager la résiliation du bail de la personne concernée. » Il a indiqué que le propriétaire a commis une entorse à l’article 3 du contrat du bail, qui mentionne qu’il ne faut ériger aucun barrage et que l’accès à la plage doit être libre.

De même, la Beach Authority Act prévoit un espace de 100 mètres pour la plage publique entre la “high water mark” et la “low water mark”. Il a ajouté que des inspections ont lieu actuellement dans différentes régions pour le même type de problème. Un rapport sera par la suite rédigé et un plan sera mis en place pour faciliter l’accès aux plages dans les différentes régions concernées.

Ritesh Ramful est, lui, revenu à la charge pour demander au ministre, dont c’est également la circonscription, s’il s’est rendu à Pointe-D’Esny pour constater la situation de visu. Il a répondu qu’il s’y est rendu l’année dernière, provoquant une nouvelle fois des commentaires de l’opposition. Le ministre a souligné que le problème d’accès à la plage touche plusieurs régions et que des mesures appropriées seront prises.