Photo illustration

Le “Crime Occurrence Tracking System” au coût de Rs 385,3 millions sous-utilisé

Le rapport de l’Audit revient sur le détournement allégué de Rs 33,2 M au sein des Northern District Headquarters

Des chemises faisant partie de l’uniforme de la force policière (MPF) – au coût de Rs 29 millions – n’ont pas encore été distribuées aux principaux concernés. Le motif étant que le contrat pour obtenir les pantalons d’après le « specific design with corded piping » n’a pas encore été alloué. Pourtant, les 65 200 chemises ont été livrées en mai 2019 et six mois plus tard, la Warehousing Unit a informé la direction qu’une rupture de stock de l’uniforme se profilait à l’horizon. Ainsi, la police a indiqué qu’elle ne prendra pas en compte le « corded piping » pour les pantalons et lancera un nouvel appel d’offres pour obtenir des pantalons selon le design actuel.

Quant à la réparation et la maintenance de la flotte de véhicules, la Mauritius Police Force (MPF) a systématiquement choisi neuf agents locaux depuis 2008 se basant sur la « direct procurement method ». L’Audit n’a pu établir si par le biais de cette méthode, la police a obtenu le prix le plus compétitif sur le marché. Ainsi, elle a dépensé Rs 132,1 millions quant à la maintenance pour l’année 2018/2019 ,contre Rs 117,9 M pour la période 2017/2018. Un coût de maintenance de Rs 8,6 M a été dépensé sur l’hélicoptère Defender. Cependant, le gouvernement a décidé de disposer de l’appareil en novembre 2018. Par ailleurs, le remplacement d’une « high pressure fuel pump » sur l’avion Dhruv a causé plus de dommages à l’engin, ce qui a nécessité des réparations de Rs 12,4 millions. Par ailleurs, l’Audit a frappé une nouvelle fois sur le détournement allégué de Rs 33,2 M au sein des Northern District Headquarters.

L’affaire avait été rapportée aux Police Headquarters en avril 2015 et un Revenue Clerk a été suspendu dans ce contexte. Sauf que 54 mois plus tard, l’enquête est en cours alors que le policier suspendu a touché Rs 1,3 M en termes de salaires. La police s’est justifiée, en indiquant que tous les documents sont en possession de l’Independent Commission Against Corruption et qu’un rapport sera soumis au bureau du Directeur des poursuites publiques (DPP).

Concernant le fonctionnement de la MPF, l’Audit estime que le Crime Occurrence Tracking System (COTS), qui a coûté Rs 385,3 millions, est sous-utilisé. Et ce, alors même que des inexactitudes sont notées dans les “procurement system”. Finalement, le nouveau Remotely Operated Vehicule – acquis en 2014/15 pour Rs 14,3 millions et qui n’a jamais été utilisé pour désamorcer des engins explosifs à cause de certains défauts opérationnels – fait l’objet d’un arbitrage depuis juin 2018. Or un an plus tard, le cas n’a pas encore été finalisé.