C’est en lien avec l’une des directions stratégiques de la police qui est d’établir une police de proximité, qu’une campagne de sensibilisation a été organisée à l’école primaire Aimé Césaire à Camp-Levieux, jeudi. Ainsi des cadres de la Western Division et des représentants de diverses unités de la force policière, se sont adressés aux élèves des Std IV, V et du CPE sur des thèmes tels que la sécurité routière et la prévention contre la violence.
Comme l’a indiqué le Surintendant de Police (SP) Seenanan, de la Western Division, jeudi, cette campagne de sensibilisation est en lien avec l’une des directions stratégiques de la police, qui est d’instaurer plus de proximité avec le public. Ainsi, les divers intervenants ont eu l’occasion de s’adresser aux élèves de l’école Aimé Césaire sur les principaux fléaux de notre société tels que la violence domestique, les abus sur les enfants et les accidents de la route. Pour le SP Seenanan, il est essentiel de conscientiser les jeunes au sujet des précautions à prendre sur la route, à l’école ou à la maison, mais également sur les façons de réagir lorsqu’ils font face au danger. Il a fait ressortir que « le respect des lois a une importance capitale pour une Île Maurice où il fait bon vivre » et ajouté qu’il était nécessaire pour ces élèves d’être informés sur les lois qui régissent le pays.
Véronica Jacques et Gladys Arlanda de la Family Protection Unit, ont été les premières à intervenir. Elles ont mis en garde les élèves contre les personnes mal intentionnées, ajoutant que « le danger ne prévient pas ». Avec le nombre de disparitions et d’agressions sexuelles impliquant des enfants, il est primordial pour eux de savoir quoi faire pour ne pas en être les victimes. Il est essentiel pour ces mineurs d’être toujours sous la surveillance d’un adulte. C’est en mettant en situation élèves et enseignants que les deux représentantes de cette unité de la force policière ont fait comprendre aux élèves quel rôle jouer à l’école et à la maison, et comment ils pourraient intervenir pour éviter qu’un conflit dégénère. Ainsi, lors de disputes parentales, les plus jeunes peuvent servir de médiateurs en s’adressant directement aux personnes concernées s’ils sont sûrs d’être hors de danger. Cependant, lorsque l’un de ces derniers est sous l’influence de l’alcool, il est recommandé d’aller chercher de l’aide auprès d’un adulte — un proche ou un voisin — ou en alertant la police. À l’école, il est recommandé aux apprenants d’adopter un comportement similaire et d’alerter leurs enseignants lorsqu’une dispute éclate entre des élèves.
Avec 71 victimes d’accidents de la route recensées depuis le début de l’année et une moyenne de 150 morts annuellement, le Constable Rughu, de la Road Safety Unit, a pour sa part souligné l’importance du respect du code de la route. Il a fait ressortir que le plus grand nombre d’accidents surviennent « parce que les usagers de la route sont indisciplinés et manquent de courtoisie ». Sachant que les victimes les plus vulnérables sont les motocyclistes – une trentaine d’accidentés depuis janvier 2016 –, il a expliqué qu’il est important pour ces derniers de faire doublement preuve de vigilance et qu’il est du rôle d’un enfant d’avertir un adulte lorsque celui-ci s’expose au danger. Par ailleurs, en faisant usage d’exemples concrets — notamment le cas d’un jeune aujourd’hui âgé de 13 ans devenu handicapé des suites d’un accident de la route — le constable Rughu a fait ressortir l’importance de ne pas se laisser distraire. Il leur a donc recommandé de toujours marcher du bon côté de la route, de se déplacer en file indienne lorsqu’ils sont à plusieurs et éviter d’utiliser le téléphone portable ou d’avoir des écouteurs aux oreilles, pour pouvoir réagir promptement face au danger. Il leur a aussi recommandé d’utiliser les infrastructures mises à leur disposition — référence est ici faite aux feux de signalisation, aux passerelles ou aux passages piétons — mais aussi de porter des vêtements clairs pour être visibles la nuit.
Pour sa part, Du Huan Huan, représentante de la République Populaire de Chine, a fait mention de la coopération continue entre les services de police de Maurice et son consulat. Après avoir fait part de l’implication de l’ambassade de Chine dans les institutions publiques de l’île — en faisant don de gilets réfléchissants aux forces de l’ordre, ou encore en offrant un petit-déjeuner à des élèves d’une institution de Belle-Mare —, elle a procédé à une distribution de sacs et de matériaux scolaires à une centaine d’élèves de l’école Aimé Césaire.