La police et plus particulièrement les éléments de la Police de l’environnement ont durant le week-end écoulé établi 72 contraventions à travers le pays contre les conducteurs dont le véhicule émettait une épaisse fumée noire et contre des motocyclistes dont le pot d’échappement modifié constituait une source de pollution sonore.
« La fumée noire émise par certains véhicules est la principale source de pollution de l’air à Maurice », a commenté pour Le Mauricien, une source au ministère de l’Environnement et du Développement durable (MoE & SD). « Ce problème a été aggravé par l’augmentation rapide, ces dernières années, du nombre de véhicules roulant au diesel. Actuellement, nous estimons que 30 % de véhicules roulent au diesel », a-t-elle élaboré.
« D’autre part, nombreux sont les Mauriciens qui se plaignent du bruit causé par des motocyclettes dont le pot d’échappement a été modifié quand elles traversent les quartiers habités en vrombissant comme un avion », ajoute notre source.
« Dans ses efforts de continuer à mieux faire respecter nos lois environnementales, la Police de l’environnement a sévi durant le week-end dernier, établissant des contrôles un peu partout à travers l’île et prenant en contravention tous les conducteurs dont le véhicule émettait visiblement une épaisse fumée noire et les motocyclistes dont le pot d’échappement modifié faisait un vacarme en traversant les quartiers habités », a indiqué notre interlocuteur.
C’est ainsi, a poursuivi notre source, que la Police de l’environnement a dressé un total de 72 contraventions. De ce nombre, quelque 39 motocyclistes ont été verbalisés pour le vacarme que causait leur motocyclette au pot d’échappement modifié. En outre, 19 conducteurs dont le véhicule roulait au diesel ont écopé d’une forme PF 71. Cette forme leur donne un délai de 14 jours pour présenter leur véhicule au centre de Fitness de la National Transport Authority (NTA) le plus proche de leur résidence pour repasser un examen technique (« Fitness Test »). « S’ils ne le font pas dans le délai imparti, ils s’exposent à des sanctions plus sévères, allant jusqu’à l’interdiction de rouler leur véhicule », précise notre source.
Selon notre interlocuteur, la police compte poursuivre ce genre d’opérations de contrôle un peu partout à travers l’île. « En fait, la police sévit régulièrement contre ces conducteurs et autres motocyclistes récalcitrants qui font peu de cas de la santé de leurs concitoyens », s’indigne notre source.
« Quand nous pensons que l’Organisation mondiale de la santé (OMS) estime à quelque 800 000 le nombre de personnes qui meurent chaque année prématurément à cause de la pollution de l’air et la plupart dans les pays en développement comme Maurice, il y a de quoi s’alarmer et prendre le taureau par les cornes », martèle notre interlocuteur.
Selon notre source, les facteurs suivants contribuent à l’émission d’épaisse fumée noire des véhicules : carburant de mauvaise qualité (en forte teneur en souffre), mauvais entretien, surcharge, qualité du véhicule et conception du moteur, âge du véhicule (car plus il est vieux, plus il est susceptible d’émettre davantage de fumée noire), excès de vitesse (plus particulièrement en montée).
La Road Traffic (Control of Vehicular Emission) Regulations 2002 prévoit une amende ne dépassant pas Rs 1 000 pour un véhicule fumigène. Par contre, la Road Traffic (Construction and Use of Vehicles) Regulations 2010 qui sévit contre les véhicules fumigènes et les pots d’échappement modifiés qui causent une pollution sonore, prévoit une amende de dépassant pas Rs 10 000.