Décembre 2010, le constable Chandraduth Bulatoo meurt suite à un accident de la route survenu au Caudan, à Port-Louis. Décembre 2012, le constable Rajkumar Sheoraj perd également la vie dans un accident de la route à Flic-en-Flac. « Dans les deux cas, le verdict de la cour a été, à notre sens, trop souple avec ces conducteurs qui ont ôté la vie à nos proches. D’où notre décision d’organiser cette marche pacifique, aujourd’hui, à Port-Louis », explique Manisha Seechurn, soeur de Rajkumar Sheoraj. Rendez-vous est donné à 9 h 15 au Square Guy Rozemont, en face des Casernes centrales.
Selon Manisha Seechurn, cette démarche a pour but de dénoncer une injustice. « Nous sommes écoeurés par le jugement rendu en Cour intermédiaire, le 20 janvier dernier, au sujet de cet accident dans lequel nous avons perdu un membre de notre famille. C’est dans cette perspective de sensibiliser les Mauriciens sur l’injustice qui nous frappe de plein fouet que nous avons, de concert avec des amis de mon frère, ses collègues et d’autres proches, décidé d’organiser cette marche aujourd’hui ». Elle s’explique : « Le conducteur trouvé en état d’ivresse au moment de l’accident, accusant un taux d’alcoolémie de deux fois supérieur à la normale, s’en est tiré avec une amende de Rs 50 000 et une suspension de son permis de conduire pour trois ans. Cet accident a ôté la vie à mon frère et nous avons perdu un membre de notre famille. Il y a non seulement eu conduite en état d’ivresse, mais aussi homicide involontaire. La cour n’a pourtant pas jugé bon d’infliger un verdict plus sévère qui aurait fait réfléchir à deux fois les automobilistes qui roulent inconsciemment et qui continuent à boire et conduire ! »
Dans le cas de l’accident du constable Chandraduth Bulatoo en décembre 2010, la cour avait sanctionné le conducteur fautif d’une amende de Rs 50 000 et d’une suspension de son permis pendant une année. « Il n’était pas sous l’influence de l’alcool au moment de l’accident, mais il a lui aussi causé mort d’homme ! Nous voulons bien entendu exprimer notre insatisfaction quant au jugement rendu dans l’affaire de mon frère et faire appel au DPP pour rouvrir l’affaire, mais aussi faire prendre conscience aux Mauriciens que l’imprudence au volant peut avoir des conséquences traumatisantes. Nos deux familles ont à jamais été meurtries par ces disparitions survenues en plein mois de décembre alors que tous les autres Mauriciens avaient le coeur en fête ». Pour Manisha Seechurn, « cette marche a pour objectif de garder en mémoire ces victimes d’accidents de la route qui sont trop souvent très vite oubliés alors que les familles des disparus vivent avec ce vide toute leur vie ». La marche démarrera vers 09 h 15 au Square Guy Rozemont pour se rendre au Jardin de La Compagnie.