C’est le grand chambardement depuis le 6 septembre au sein d’un département sensible de la police, le National Security Service. Lockdev Hoolash, le choix personnel de sir Anerood Jugnauth, a été renvoyé de la direction de ce service pour laisser la place à Mohunlall Madhow, un homme d’expérience qui a travaillé au sein de ce service pendant plus de 25 ans. Si sa promotion est jugée légitime en dépit d’une proximité connue avec son ancien supérieur hiérarchique Dev Jokhoo, c’est le retour en grâce de pas moins de sept policiers de l’ère travailliste qui suscite quelques interrogations.
Les sept policiers, tous anciens collaborateurs de l’ancien directeur Dev Jokhoo et qui avaient été transférés du NSS après les élections de décembre 2014, y sont retournés le 6 septembre, le lendemain même de la nomination de l’ACP Madhow comme Officer in Charge. Un de ces sept policiers est connu pour avoir été investi de la mission expresse de surveillance du MSM lorsque ce parti était dans l’opposition et il était ainsi souvent vu près du Sun Trust, tandis qu’un autre officier sur cette même liste s’était vu « assigned duties of inspector of police (Specialist VIPSU) » lors de l’exercice du 5 octobre 2014.
Si la destitution du DCP Hoolash a été accueillie avec effroi par les proches de Jugnauth Senior, son bilan, lui, est loin de jouer en sa faveur. Trois dossiers l’ont plombé, le mystère de l’attaque contre l’ambassade de France et l’hôtel St Georges pas encore élucidée à ce jour, l’absence d’alerte à sa hiérarchie et au personnel dirigeant politique quant à la situation chancelante de Somduth Dulthumun alors que ce dernier bénéficiait du soutien actif du Premier ministre, Pravind Jugnauth, ce qui a contribué à rendre ridicule le chef du gouvernement lorsque c’est Rajenrah Ramdhean, un apparenté rouge, qui a raflé la présidence de la MSDTF et, finalement, le sauve-qui-peut du trio Collendavelloo-Gayan-Sinatambou le 4 septembre à Résidences Barkly.
Le DCP Hoolash est une vieille connaissance de SAJ puisqu’il a été son garde du corps dans les années 1980 et c’est ainsi qu’en toute confiance il le nomme à la tête du NSS dès son retour aux affaires en 2014, même si l’officier n’avait pas été élevé au rang d’assistant-commissaire de police lors de l’exercice de promotion le 5 octobre de la même année, lorsque c’est Navin Ramgoolam qui trônait au Bâtiment du Trésor.
Les exclus du clan Jugnauth
Un autre proche du clan Jugnauth, l’ASP Luchan, de la VIPSU, a lui aussi connu une trajectoire surprenante. Fidèle accompagnateur de SAJ et de Pravind Jugnauth, on le voyait Officer in Charge de la VIPSU après le départ de l’ACP Pudaruth, ancien aide de camp de SAJ qui doit partir à la retraite. Mais contre toute attente, lui qui avait été oublié lors de l’exercice de promotion du 5 octobre 2014 fut transféré au Passport and Immigration Office. Autre victime d’un proche d’un membre influent du gouvernement, le DCP Beekhun, proche du VPM Soodhun, qui a sauté de la direction de la Trafic Branch pendant que son parrain était en pèlerinage à la Mecque.
L’ultime consolation pour le clan Jugnauth viendrait de la nomination du DCP Jhugroo au poste de commissaire de police en remplacement de l’actuel titulaire Mario Nobin, qui doit partir à la retraite en 2019, même s’il n’est pas exclu qu’il y ait un départ avancé. Le DCP Jhugroo est le frère du Senior Chief Executive du ministère de la Défense occupé par le ministre Mentor SAJ et le cousin du ministre des Administrations régionales Mahen Jhugroo.
Quant au nouveau directeur du NSS, Mohunlall Madhow, cet ancien élève du collège Royal de Curepipe fera un bref passage à la SMF avant d’intégrer la National Intelligence Unit où il restera pendant deux décennies, travaillant tour à tour sous les ordres de Baramdoyal, Gooljar, Gopalsingh, Rampersad et Jokhoo. Il n’a fait qu’un mois sous la direction de Lockdev Hoolash et c’est comme une douce revanche pour lui que de prendre sa succession.
Au départ forcé du NSS début 2015, Mohunlall Madhow a fait le tour de la Western Division, des Police Headquarters, de Port-Louis (Sud), du Port Police jusqu’en 2016, où il fut posté à Port-Louis (North). Il a été le plus proche collaborateur de Dev Jokhoo à la tête du NSS pendant les neuf ans de règne de Navin Ramgoolam. Après avoir accédé au poste d’inspecteur et de chef inspecteur en 2004, il connaît d’ailleurs une série de promotions : ASP en 2008, SP en 2011 et ACP le 5 octobre 2014.
Si Mohunlall Madhow a été d’une grande contribution dans la reconduction de Navin Ramgoolam en 2010 alors que l’ alliance avec le MSM était mal vue, il se montrera très lucide dans ses prévisions quant à l’issue du scrutin de décembre 2014. Quelle que soit la préférence politique qu’on lui prête, une chose est sûre, c’est qu’à part l’ACP Reekoye, chef du CCID, personne d’autre que Mohunlall Madhow méritait de diriger le NSS. Sa consécration vient en fait corriger une injustice.