La Police Welfare Association, qui se trouve au centre d’allégations de mauvaise gestion des contributions des membres de la force policière pour un montant de Rs 100 millions, fait actuellement l’objet d’une enquête formelle de l’Office of Public Sector Governance placé sous la tutelle du Prime Minister’s Office. Cette décision a été entérinée en haut lieu en raison du fait que l’enquête ouverte au niveau du Central CID à la suite de dépositions contre la direction de la PWA depuis plus d’une année n’a pas donné jusqu’ici les résultats escomptés malgré les cas flagrants de mauvaise administration des fonds. L’initiative de ces dénonciations revient au sergent Sanjeev Bhoojawon, qui mène une résistance sans relâche contre la direction de la PWA. Malgré l’intervention de l’OPSG en vue d’élucider les zones d’ombre évoquées, la direction de la PWA semble vouloir faire de la résistance vu les intérêts en jeu.
Les recoupements d’information effectués par Le Mauricien auprès des sources bien renseignées confirment que les dirigeants de la Police Welfare Association (PWA) ont fait fi jusqu’ici des directives formelles de l’Office of Public Sector Governance (OPSG), qui a remplacé le Management Audit Bureau. Ils ont refusé de coopérer avec les responsables de ce département du Prime Minister’s Office, qui a réclamé à plusieurs fois l’autorisation pour avoir accès aux livres de comptes de la PWA. Cette attitude des dirigeants de la Police Welfare Federation donne l’impression d’un « État dans un État » pour ne pas dire « une police dans la police ».